Golan : Olmert se prend pour ''Israël''

Publié le par Ofek

Olmert-invicible.jpg  
« Je suis votre partenaire pour la paix.
Je sais quel est le prix à payer pour cette paix :
Il s’agit du plateau du Golan.
Et Israël est prêt à payer ce prix» !
 
C’est à peu près dans ces termes que le Premier ministre, Ehoud Olmert – expert en négociations - a envoyé un message secret au président syrien, Bachar El Assad, par l’intermédiaire d’émissaires allemands et turcs.
Le message précisait également « qu’il devrait s’agir d’une paix réelle, d’un abandon du soutien Syrien au terrorisme, et de le coupure de l’alliance stratégique entre Damas et Téhéran ».
 
L’une des nouveautés de cette démarche est que contrairement à auparavant, elle est faite avec l’accord de Washington, qui désire cependant ne pas être mêlé à d’éventuelles négociations.
 
Pour le moment il n’y a pas eu de réactions officielles depuis la Syrie, mais depuis quelques temps, des messages ambivalents sont émis depuis Damas. Certains indiquent que la « Syrie n’a pas changé, et qu’elle est prête à des négociations », d’autres « que le but de Damas est de récupérer le Golan. Si ce n’est par la négociation, ce sera par d’autres moyens ».
 
En analysant froidement la situation, on voit mal la Syrie changer de cap à 180° et renvoyer les organisations terroristes palestiniennes de son territoire, lâcher le Hezbollah, et tourner le dos à Téhéran.
En l’an 2000, les contacts entre Ehoud Barak et le président syrien avaient échoué, parce que Damas exigeait la cession du Golan jusqu’aux berges du Lac de Tibériade. De ce point de vue, les habitants du Golan peuvent heureusement encore se développer et prospérer comme ils le désirent.
 
Mais deux question principales - et inquiétantes - se posent à propos de ce dossier : pourquoi toujours compter sur les Arabes (ou espérer leur réaction) pour être « plus intelligents que nous », et nous empêcher, malgré nous, par leur jusqu’au-boutisme, de céder des parties de notre patrimoine national ?
Lors de négociations, chacune des parties clame son droit, affirme ses positions, et c’est à partir de là que les discussions débutent.
 
Or, la rhétorique israélienne est invariablement la même, en substance : « Dès le départ, nous annonçons que ce territoire vous appartient et que nous sommes prêts à vous le céder, mais, de grâce, faites en sorte que nous vous le donnions par des moyens pacifiques, et donnez quand même quelque chose en retour, pour que nous puissions convaincre notre population ».
 
Sharon avait encore fait « mieux » en décidant de faire un cadeau aux Arabes « malgré eux ».
Sous d’autres cieux, lorsqu’on n’a pas de partenaire, on conforte ses positions, ce qui est naturel. Chez nous, c’est le contraire.
 
Face à de telles dispositions manifestées par pratiquement tous les gouvernements israéliens, il n’est pas étonnant que toutes les initiatives de « paix » provenant tant du monde occidental que du monde arabe vont dans le même sens : réduire le territoire national d’Israël à sa portion congrue…en attendant « mieux »…
 
Deuxièmement, pour qui se prend Ehoud Olmert, dont on connaît la situation sur le plan intérieur, pour affirmer « qu’Israël est prêt à… » ???!!
 
De quel Israël parle-t-il ?
 
Dans un pays dictatorial, le chef d’Etat, généralement soutenu par une armée et une police dociles, décider « au nom du peuple ».
Mais ici ?!! Tous les sondages d’opinion montrent invariablement qu’une large majorité des Israéliens est contre la cession du Golan, même contre une « paix totale » avec la Syrie.
Le peuple a déjà souvent montré qu’il est plus sage et plus clairvoyant que ses dirigeants, qui poursuivent souvent des objectifs bien éloignés de l’intérêt national.
 
Avec la réapparition en force du volet syrien, il semble se dessiner ce qu’un certain nombre de craignaient et annonçaient : si une percée diplomatique se précisait dans ce dossier, une coalition intello-médiatique se mettrait immédiatement en place, comme elle l’a déjà annoncée, pour mettre en sourdine tout ce qui pourrait gêner Ehoud Olmert et son gouvernement.
En sourdine, la Commission Winograd, en sourdines la corruption et autres casseroles judiciaires, en sourdine les 3% de popularité du Premier ministre !
 
La Paix !! Vous rendez-vous compte ?
La Paix avec la Syrie !!! Quelle merveille ! Qui aurait cru….. !
Alors, je vous en prie, le plateau du Golan…
 

Publié dans Israël

Commenter cet article