Lettre en réponse à un professeur d'université anglais

Publié le par Ofek

Isra--l.jpg 
J'ai lu avec beaucoup d'attention la décision de l'UCU, l'association des universitaires anglais, qui appelle au boycott universitaire d'Israël.
 
J'ai découvert avec joie que l'association n'avait pas encore décidé définitivement de quelle façon précise elle allait nous boycotter.
 
Ces grands seigneurs réfléchissent encore à ce sujet ; des volutes bleuâtres s'échappant de leurs pipes, leurs fronts plissés s'appuyant sur une main qui prolonge un bras enfilé dans une veste "Harris Tweed" à carreaux, ornée, au coude, d'un morceau de cuir râpé.
"Peut-être, se disent-ils, allons-nous les boycotter maintenant, ou peut-être allons-nous attendre un peu. Il n'est pas la peine de se précipiter : ces enfants insolents, quelque part au Moyen-Orient, ne vont de toutes façons pas cesser de s'entretuer du jour au lendemain. En attendant, nous allons boire encore une pinte de bière et consulter l'exemplaire du dix-huitième siècle de "Simplicissimus", que nous avons trouvé dans la bibliothèque."

Nous, les Israéliens, savons qu'il y a une dimension comique dans cette décision. Nos institutions universitaires ont toujours été des foyers de la gauche radicale, qui s'oppose corps et âme à l'occupation.
On savait déjà que les Anglais ne comprenaient pas vraiment ce qui se passait ici, mais, dans le cas présent, c'est le genre d'ignorance qui provoque ce même ricanement méchant chez les élèves lorsqu'ils prennent leur professeur en flagrant délit d’erreur.
 
Et peut-être est-ce moi qui me trompe ? Et peut-être que je me moque ici, avec légèreté, de personnes concernées par ce qui se passe, de personnes qui tentent sincèrement d'améliorer le monde ?
 
On sait bien qu'en face de tout groupe humain désireux d’atteindre un but noble, se dresseront toujours des individus cyniques, comme moi, pour affirmer qu'ils ne comprennent pas le monde réel.
Aux opposants de l'apartheid on a expliqué que la lutte contre le communisme mondial était bien plus importante.
Les écolos se sont fait traiter d'"embrasseurs d'arbres".
Tony Blair s'est fait expliquer, encore et encore, que le conflit en Irlande du nord ne finirait jamais.
Alors, peut-être qu'au lieu de pousser des cris, d'être en colère, de se vexer et de décider que cette année on ne fera plus le voyage pour aller au théâtre à West-End, peut-être vaudrait-il mieux essayer d'aider cette assemblée de respectables professeurs dans leur processus de réflexion ?
 
Est-ce de la prétention de ma part ? Mais je crois avoir une petite considération à ajouter au débat : je n'ai pas envie de mourir.
 
Il est vrai que l'action humanitaire consisterait à retirer les barrages, à arrêter immédiatement l'occupation, à démolir ce maudit mur inhumain, à permettre la libre circulation des Palestiniens dans les territoires, à leur promettre tous les droits élémentaires qui appartiennent à chaque être humain.
Sauf que je vais devoir payer tout cela de ma vie.
 
J'avoue que c'est un peu mesquin de ma part de m'obstiner sur ce point. Après tout, quelle importance a ma petite vie, comparé aux chances de paix, de justice, d'égalité des droits, etc.
Mais, malgré tout – appelez cela faiblesse ou indifférence – je n'ai pas envie de mourir.
 
Et qu'il n'y ait pas de doute à ce propos : si nous faisions ce qu'attendent de nous les respectables professeurs anglais, ce serait ma mort.
Elle ne serait peut-être pas immédiate, mais même cette attente de la mort ne serait pas un grand plaisir.
 
Parce que, pendant ces trois ou quatre mois qui s’écouleront avant que je meure (et ne vous inquiétez pas ça ne prendra pas plus longtemps), je me demanderai, à chaque instant, comment on va me tuer exactement.
 
Sera-ce une roquette Katioucha qui tombera sur ma maison provoquant ma mort, par enfouissement sous les décombres ?
Sera-ce un terroriste-suicide qui explosera dans le centre commercial au moment où j'achèterai de nouvelles chaussures pour ma petite fille ?
Quelqu'un courra-t-il vers moi avec une hache, dans la rue Allenby, pour me trancher la tête ?
Ou peut-être un tireur d'élite me descendra-t-il lorsque j'irai chercher mon fils à l'école ? Si on me permet de choisir, je préfère cette dernière possibilité, qui me semble être la moins douloureuse.
Au pire ma femme ira chercher l'enfant avec du retard et lui expliquera que Papa est mort.
 
A mon grand regret je n'ai pas le droit de faire des choix en ce qui concerne ma mort, et la curiosité – si vous me permettez ce jeu de mots – me tue.
 
Contrairement à moi et à ma ridicule obstination à vouloir vivre, les universitaires – et je parle, bien sûr, de ces universitaires qui circulent dans les couloirs silencieux d'une respectable université anglaise – sont capables d'avoir une vision plus large.
Dans leur vision historique, ma mort n'est qu'un détail marginal, comparé au grand projet d'en finir avec ce qu'ils appellent "l'apartheid israélien".
Leur emploi de ce mot "apartheid" m'a rendu plutôt inquiet.
Se peut-il que même des professeurs d'université se gourent dans leur conférence ? Apartheid ? Où sont-ils allés chercher une telle bêtise ? Apartheid ?
 
La répression causée par l'occupation (eh oui, l'occupation cause de la répression) n'a pas pour but de transformer les Palestiniens en esclaves.
Nous n'avons jamais tenté de les envoyer chercher des diamants dans nos mines.
Nous ne les avons pas contraints à cueillir du coton dans nos plantations.
Nous ne les avons pas obligés à utiliser uniquement des toilettes publiques, où il serait écrit : "Réservé aux Arabes".
 
La séparation entre les Palestiniens et les Israéliens n'est pas liée à la race ni à la religion ni à la couleur de la peau.
 
De fait, Israël est un des rares pays au monde à avoir interdit à des politiciens racistes d'être élus à son parlement.
Presque vingt pour cent des citoyens israéliens sont Arabes – ils peuvent témoigner que personne n'a jamais osé leur demander d'aller s'asseoir au fond de l'autobus.
 
La seule chose qui nous intéresse, c'est que cet autobus n'explose pas, parce que c'est dans cet autobus que ma fille voyage, parfois, pour aller à ses cours de gymnastique.
 
Promettez-nous cela, et vous verrez comment les barrages disparaîtront et comment le mur s'effondrera.
Promettez-nous cela et les enfants palestiniens pourront eux aussi vivre en toute sécurité.
Promettez-nous cela et vous verrez l'Etat d'Israël se mobiliser pour aider les Palestiniens à créer leur Etat, sauver leur économie et pour les aider à gagner une guerre bien plus importante : la guerre contre la pauvreté, l'ignorance et contre le fondamentalisme islamiste messianique.
 
C'est la seule chose que je leur demande.
Pas d'argent, pas de service, même pas leur amitié.
Qu'ils reconnaissent simplement le fait, agaçant, que je n'ai pas envie de mourir.

Je connais l'argument selon lequel l'occupation est la cause de toute cette terrible violence.
Mais c'est un argument – allez, comment dire cela ? – c'est un argument académique.
Car, en fait, le terrorisme arabe a commencé bien avant que nous occupions la moindre parcelle de terre.
De plus, les grandes vagues de terrorisme palestinien sont arrivées précisément lorsque la paix semblait proche.
 
Il en fut ainsi pour la vague d'attentats dans les autobus, lors de "Mars noir", en 1996, qui détruisit les chances de mettre en application les accords d'Oslo.
Il en fut ainsi pour l'éclatement des violences de la deuxième Intifada, qui débuta juste après qu'Ehud Barak ait proposé de donner quasiment tous les territoires occupés y compris une partie de Jérusalem.
Il en est ainsi pour l'actuelle vague de roquettes Kassam sur Sdérot, qui intervient juste après le retrait israélien de la bande de Gaza.
 
Je crois encore en la paix. Ils ne m'intéressent pas, ces territoires occupés, avec tout ce qu'ils comportent de crainte et de cruauté.
 
Je crois en la paix comme j'y ai cru toute ma vie. Et je sais que la paix aura un prix qu'il faudra payer.
 
Tout ce que je demande en attendant,
c'est l'opportunité légitime d'être encore vivant lorsqu'elle arrivera.
 
 
Yaïr Lapid dans le Yediyot Aharonot, Traduction française de Michael Grynszpan sur : http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-12823-145-7-lettre-en-reponse-professeur-universite-anglais-yair-lapid.html
 

Publié dans Israël

Commenter cet article