Arafatistan

Publié le par Ofek

arafat.jpg 
Les rues de Gaza retentissent de coups de feu alors que des hommes masqués se tirent les uns sur les autres.
Des centaines de Palestiniens ont été kidnappés, torturés et exécutés par d’autres Palestiniens au cours des deux années passées. Ces derniers jours, la lutte entre le Hamas et le Fatah s’est intensifiée.
 
Le ‘New York Times’ rapporte que « deux Palestiniens ont été jetés des toits d’immeubles élevés à Gaza. L’un était un officier de la Garde Présidentielle, loyal au Fatah, et l’autre un membre de la Force Exécutive, mise en place par le Hamas comme contrepoids aux forces de sécurité officielles dominées par le Fatah ».
A proximité de la mer dans la ville de Gaza rapporte le ‘Jerusalem Post’, des centaines de membres du clan Bakr (loyal au Fatah), comprenant femmes et enfants, ont été amenés de force, mains en l’air, dans une mosquée voisine. Plus de 10 000 Palestiniens ont rempli des demandes d’émigration depuis janvier, entraînant le mufti de l’Autorité Palestinienne à émettre une fatwa interdisant aux Palestiniens d’abandonner les « terres bénies ».
 
Qui est responsable de cette sauvagerie ? Eh quoi, les Etats-Unis et Israël bien sûr.
 
C’est ce qu’a déclaré l’envoyé des Nations Unies au Moyen Orient, Alvaro de Soto, dans un « rapport confidentiel » partagé avec le ‘Washington Post’.
De Soto, qui a démissionné le mois dernier après 25 ans de carrière à l’ONU, a fustigé les Etats-Unis pour avoir refusé de financer le Hamas après sa victoire aux élections de 2006, et s’est plaint que le Quartette (qui comprend aussi les Etats-Unis, l’Union Européenne et la Russie) ait écarté « toute pression sur Israël... l’impartialité ayant été transformée en soumission ».
 
Voyons, Israël s’est retiré totalement de la bande de Gaza en 2005, laissant les Palestiniens se gouverner eux-mêmes.
Ils auraient pu construire le processus de construction d’un Etat « laïque et démocratique » qu’ils réclamaient tant depuis 50 ans.
Au lieu de cela, Gaza a accompli les pires cauchemars des Israéliens opposés au retrait - en important des armes d’Iran, envoyant des missiles dans les villes israéliennes, et s’engageant dans des violences intestines qui ridiculisent les négociations de paix.
 
Diplomate de carrière péruvien à l’ONU, il est incapable de voir au-delà de ses propres préjugés, alors qu’un auteur égyptien d’esprit réformiste a publié un essai on-line (traduit par MEMRI, Middle East Media Research Institute), qui pénètre au cœur de ce qui afflige la société palestinienne et le Moyen Orient en général.
L’analyse de Kamal Gabriel retentirait de sa sagesse partout, mais elle est particulièrement remarquable provenant de l’intérieur du monde arabe - rappel utile de ce que les voix de la raison et de la bienveillance ne sont pas partout silencieuses dans cette partie du monde.
 
Gabriel écrit :
 
« Les conflits internes contre tout et leur code fondamental sont devenus le maquillage mental et psychologique du peuple palestinien, résultat naturel du discours prédominant d’hostilité et d’incitation à la haine.
Ce discours a été adopté par les Palestiniens de toutes obédiences et de toutes les factions - religieuses, révolutionnaire panarabe et de Gauche.
C’est un discours dont le but est de semer la haine, d’avoir recours à la violence, et de jouir de l’effusion de sang ».
 
« Au début, c’était dirigé contre le soi-disant ennemi israélien, et cela a écarté toute possibilité ou tendance à une compréhension rationnelle mutuelle ou au recours à la discussion, au dialogue, à la négociation...
« Cela s’est traduit en langage politique par le slogan : « le conflit arabo-israélien est un conflit existentiel, et pas un conflit de frontières, et sa mise en oeuvre pratique s’est traduite par les soi-disant opérations de recherche du martyr pour tuer des civils israéliens.
La haine s’est transformée de haine antisioniste en haine des Juifs, « les fils de porcs et de singes ».
 
« Peut-être personne ne l’a-t-il remarqué - car qui sommes-nous pour trouver quelqu’un qui remarque, en l’absence de raison et de rationalité ? - que quand vous écartez un individu ou un groupe de la culture utilisant la raison et le dialogue pacifique, en la remplaçant par le culte de la violence et du meurtre de ceux qui sont différents, vous ne pouvez pas ensuite la contrôler et la diriger pour être utilisée contre un seul côté ».
 
« ... Cela commence par l’ennemi sioniste qui occupe la Terre Sainte, et la violence et la haine s’étendent dangereusement, comme le feu, dans la psyché...
Ils consument tout autour d’eux - et la première qu’ils consument est le feu de la raison...
 
Ainsi, nous avons observé, et nous avons donné notre bénédiction aux conflagrations de violence et de haine... et leur expansion est la violence entre frères que nous voyons aujourd’hui...
 
« Selon mon évaluation, cela est la le fruit que nous récoltons parce que nous avons semé des épines depuis plus d’un demi-siècle ».
 
Mona Charen / Jewish World Review - Adaptation française de Sentinelle 5767 sur : http://www.desinfos.com/article.php?id_article=7461

Commenter cet article