La Mémoire la plus courte

Publié le par Ofek

Que penseraient de nous ceux qui, au sacrifice de leur vie et de leur jeunesse, payèrent le prix pour que nous puissions vivre libre ?
C’est le bloc-notes d’André Dufour.

M--moire.jpg
 
Halde là !

La loi proscrit dans les établissements scolaires publics tout signe religieux « ostensible ».
Or, la loi de la République française étant nulle et non avenue à ses yeux, l’islamisme ne désarme pas.
Puisque la forteresse laïque ne peut être prise d’assaut, il essaie de la grignoter, ronger, creuser, miner et désagréger jusqu’au jour où elle s’écroulera d’elle-même comme une barre d’immeuble HLM sous l’implosion. Cette fois-ci il s’agit des mamans qui accompagnent les classes dans les sorties scolaires...
Tout parent bénévole est bienvenu dans les sorties scolaires pour peu que le principe légal de la laïcité qui s’impose en matière scolaire soit respecté. Mais il semblerait que la Halde jouisse d’un pouvoir exorbitant puisqu’elle vient de décréter dans sa toute récente fatwa qu’au nom de la lutte contre les discriminations, les mères portant foulard islamique doivent pouvoir participer aux sorties scolaires.

Or, contrairement à ce que soutenait la très laïque Rachida Dati sur RMC
(www.1001podcast.com/podcast/RMCInfo/channel38/20070322_invitebco_dati.mp3) en déclarant :
« …Est-ce que l’on considère qu’accompagner des enfants relève du service public ? Il ne faut pas non plus exagérer ; c’est de l’extra scolaire », l’école ne se limite pas à un bâtiment ad hoc, c’est avant tout un ensemble d’activités qui s’exercent non seulement dans l’enceinte de l’école mais aussi à l’extérieur, ce qui inclut toutes les sorties ; cela fait partie du « service public ».
Alors, puisque Rachida Dati nous demande de ne « rien exagérer », autant légitimer dans l’accompagnement des enfants la soutane ou la cornette catholiques, la kippa israélite, le turban sikh, le hidjab, la burka, le tchador et autres excentricités puisque selon Madame la ministre et porte parole de Sarkozy, les sorties, « c’est de l’extra scolaire ».

L’interdiction du voile islamique devrait pourtant figurer dans les prétendus objectifs de la Halde puisque le port du voile ou de tout emballage qui sert d’accoutrement aux musulmanes sont des signes ostensibles de discrimination et d’inégalité imposés par les mâles islamiques.
Or, avec sa récente prise de position, la Halde, à l’instar du Mrap, de la LDH et autres officines faisant dans l’antiracisme et anti-discrimination à la carte, se révèle ce qu’elle est en réalité : le faux nez d’un entrisme visant à islamiser la France.
Mais le cas de la Halde est d’autant plus inquiétant, qu’investi par notre gouvernement d’un coûteux pouvoir inquisitorial, il est devenu un tribunal spécial d’une constitutionnalité douteuse.
Que reste-t-il donc de notre Assemblée « Nationale » que les citoyens viennent d’élire, alors que son pouvoir, déjà limité par Bruxelles (mais bon ! Europe oblige), peut être bafoué par une poignée de peigne culs de la Halde, de la LDH, du Mrap et d’autres groupuscules sectaires ?
Vous avez dit discrimination et inégalités ? Où est l’égalité lorsque la volonté exprimée par le peuple à travers son Assemblée législative compte moins qu’une Halde que personne n’a élue ? Qui donc discrimine et qui donc est discriminé ?
 
« Le jour le plus long » et la mémoire la plus courte.
 
Juin 1944 : Dans la nuit du au 5 au 6 juin 1944, les troupes britanniques et celles de l’Amérique sacrifiaient leur vie pour anéantir le monstrueux régime nazi qui martyrisait l’Europe.
Sans mésestimer le rôle de Forces Françaises Libres ni le sacrifice de nombre de nos Résistants, leur participation à la guerre contre la bête nazie fut marginale par rapport aux forces soviétiques, britanniques et américaines.
Toujours est-il qu’en dépit du honteux intermède de Vichy, la France ayant « perdu une bataille » en 1940 se retrouvait dans le camp des vainqueurs.
C’est encore l’Amérique qui, par le plan Marshall, aidait l’Europe et la France à se relever de ses ruines.
Mais seul un Eugène Labiche, génial inventeur du personnage de Monsieur Perrichon, aurait pu, dans son 19ème siècle, deviner qu’aussitôt après Juin 44, la France gratifiera l’Amérique de sa haine.
 
Le ton est donné par le Général de Gaulle avec la bénédiction d’un Parti Communiste « français » au faîte de sa puissance et à la grande joie de Staline, pour atteindre un niveau pathologique sous la présidence de Chirac avec la bénédiction des gauchistes, des alter-mondialistes et autres nantis de gauche, et surtout avec la bruyante approbation des islamistes « français » et des Etats musulmans dont il se comportait en porte parole.
Voyons les tombereaux d’injures déversées sur le candidat Sarkozy à la suite de son voyage aux USA, alors que la candidate Ségolène Royal pouvait, sans trop de dommages pour son image, exprimer sur place son admiration pour la justice, expéditive, du régime communiste chinois.
Cet antiaméricanisme inscrit depuis plus de 60 ans dans la ligne directrice du Quai d’Orsay a grandement favorisé la montée en puissance de l’islamisme djihadiste et des états musulmans qui, pour être vite qualifiés de « modérés » par ceux que cela arrange, ne brillent pas pour autant du côté des droits de l’homme et de la femme, ni en matière de tolérance, de liberté de conscience et d’expression.

Or c’est de ce côté-là qu’en ce 21ème siècle vient la menace qui pèse sur nos libertés et nos vies.
En guise de hors d’œuvres, c’est aux forces du djihad islamique que le monde est redevable de 95% des meurtrières agressions terroristes.
 
Pour mettre le monde à l’abri de ce péril, c’est encore sur l’Amérique, avec ou sans Bush, que nous devrons et devons déjà compter, que cela nous plaise ou non.
Rappelons-nous seulement qu’entre 1941 et 1945, il n’était pas nécessaire d’aimer le capitalisme américain, l’empire colonial britannique ou le communisme stalinien pour nous ranger derrière leur bannière.
C’est grâce à leurs avions, leurs chars, leurs marines, leurs canons que nos pacifistes, anti-impérialistes, anti-capitalistes aux comptes en banque copieusement garnis, ont pu revenir en toute quiétude à leurs marottes et radotages.

Haro sur Israël

Du Moyen âge jusqu’au au milieu du 20ème Siècle, toutes les misères de l’humanité, les épidémies, la famine, les guerres et autres calamités trouvaient leur explication dans la faute des Juifs.
Rares sont les auteurs qui, au cours de cette longue période, n’aient pas donné du Juif une image stéréotype négative, désobligeante et caricaturale. C’était au fond bien commode pour tous et ça évitait de s’attaquer aux vraies causes de ces catastrophes et de chercher les remèdes appropriés. Nobles, manants, bourgeois, clergé, paysans, classe ouvrière se satisfaisaient de cette explication, tous, sauf bien entendu les Juifs qui avaient quelques raisons de s’en plaindre, mais c’est connu, ces « gens là » se plaignent toujours.

Les horreurs de la Shoah ont ensuite d’autant plus jeté le discrédit sur l’antisémitisme, que les camps d’extermination furent l’œuvre d’une idéologie d’extrême droite.
Le communisme et la gauche se retrouvant du côté des vainqueurs et, par un subtil jeu d’amalgame, il devenait honteux non seulement d’être antisémite, mais de penser « à droite », comme il est aujourd’hui déshonorant de ne pas trouver l’islam à son goût et de le dire.
C’était la période où il allait de soi qu’un intellectuel soit de gauche. De préférence communiste ou, par défaut et à l’instar d’un Jean-Paul Sartre, « progressiste », c'est-à-dire « compagnon de route ». Notre actuelle « classe pensante » en est encore imprégnée.

« Fort heureusement », du moins pour les antisémites plus ou moins refoulés, l’Etat d’Israël et le sionisme leur rendaient bien vite leur « Lettre de noblesse » et leur offraient un moyen licite et politiquement correct de se défouler.
 
L’antisémitisme relooké ne vient pas de la droite mais bel et bien des diverses chapelles de la gauche sous couvert d’anticolonialisme, d’antiesclavagisme, de tiers-mondisme, de marxisme avec le renfort des nouveaux « damnés de la terre » venus massivement des pays arabes et musulmans pour s’implanter en France, à la différence près que le cri de « Alla akhbar » se substitue à l’Internationale et le drapeau rouge s’éclipse devant la voiture piégée et la ceinture explosive.
Mais il paraît que ça fait partie des « armes des pauvres ».
Alors la gauche ne peut que faire cause commune avec les pauvres.
 
Contrairement aux sentiments individuels antijuifs qui ne coûtent rien à celui qui les éprouve, la propagande antisémite coûte cher et il faut y mettre le prix pour qu’elle devienne efficace.
Si dans les années 1930 à 45, la propagande antisémite était financée par l’Allemagne nazie, c’est à présent l’argent de pays arabes, islamiques ou « laïques », ainsi que de l’Iran qui financent la vague antisémite qui déferle sur le monde en général et sur notre pays pour ce qui nous concerne de près.

Dire que dans le monde Occidental nombre de politiciens, nombre de journalistes, d’affairistes, de propriétaires de presse et autres grands médias, d’ONG, de réseaux de soutien à la « cause palestinienne », d’universitaires et (en Amérique et en Grande Bretagne) d’universités prestigieuses, sans parler de personnalités politiques à l’échelon le plus élevé, ne restent pas insensibles aux séductions de cet argent déodorisé, serait un euphémisme.
Il n’est que de voir un Jimmy Carter, médiocre président des USA, mais largement bénéficiaire des générosités de Sheikh Bin Sultan Al Nahyan, par ailleurs grand « bienfaiteur », entre autres, de la prestigieuse Harvard University. Il est vrai que cette dernière a fini par retourner au Sheikh le chèque de 200 millions de dollars qui sentaient trop le pétrole.
Mais pour Jimmy Carter, l’argent n’a pas d’odeur. Et son titre d’ancien Président of the United States se vend encore pour un bon prix, assez en tout cas pour stimuler son zèle anti-israélien.
Quand on nous dit que c’est par pure générosité, humanisme et grandeur d’âme que maintes personnalités soutiennent la cause palestinienne et stigmatisent Israël… il en existe quelques uns. Ce qui prouve qu’à côté des professionnels, n’importe quelle cause trouve dans ses militants de base ses idiots utiles.

On comprend alors pourquoi tant de massacres, de génocides, de persécutions, pourtant rapportés dans la presse, ne mobilisent pas les foules.
Quarante combattants palestiniens, impliqués dans un carnage de civils à Nétanya, tués à Djénine, ont provoqué des manifestations monstres dans toutes les grandes villes de la planète, tandis qu’une centaine de morts dans la Bande de Gaza ou au Liban, ou le génocide en cours au Darfour, ou les grands génocides du Cambodge et du Rwanda qui pourtant défraient ou ont défrayé la chronique, laissent les spécialistes de « l’indignation » sans voix et sans réaction.
 
C’est simple : dans le premier cas c’est l’armée israélienne qui peut être mise en cause, dans les autres cas ce sont des Arabes, des Palestiniens entre eux, des « militants » marxistes du Cambodge ou des Noirs « ex-colonisés » d’Afrique.
Faut-il croire que ce n’est pas la qualité de cœur mais l’antisémitisme dans son dernier avatar antisioniste ou anti-israélien qui est le carburant des grandes indignations ?
 
C’est le quarantième anniversaire de la Guerre des Six jours qui est le plus récent avatar du déchaînement des grandes âmes « désintéressées » contre Israël.
Nous sommes littéralement assommés et sommés par tous les bien pensants qui tiennent la plume ou le « crachoir » de croire que le monde musulman, paisible et assoupi jusque là, fut réveillé par l’humiliante défaite de la coalition arabe.
L’irrésistible montée de l’islamisme, le djihad, le terrorisme aveugle auquel chacun d’entre nous est exposé, la haine vouée par l’islam contre les « Croisés », les avions de ligne lancés comme des bombes sur les Twin Towers et autres cibles, les milliers de voitures régulièrement brûlées par les « jeunes », l’Intifada de nos banlieues, le rejet de notre culture par « les jeunes », le viol des enseignantes par les « jeunes » des banlieues, les tournantes dans les caves, les petits trafics de drogue et autres « bizness », tout ça, c’est à cause de « l’humiliation » subie en ce juin 67.
 
En somme, à l’instar d’un sprinter champion du monde, sommé de se laisser amputer d’une jambe pour ne pas humilier ses challengers, Israël aurait dû se laisser vaincre par les forces des pays arabes coalisés.
(Nous retrouvons en ce moment cet appel à l’amputation de l’UMP chez les battus de nos élections législatives).

À tout « seigneur » tout « honneur », c’est le groupe Le Monde qui décroche la coupe de la désinformation et de la perfidie.
On a l’impression que nombre « d’intellectuels » et d’universitaires s’accroupissent sur les pages du Monde Diplomatique pour y lâcher leurs « analyses » des causes et les conséquences de la déroute arabe dans la guerre des Six Jours.
À les croire, Israël aurait perfidement pris prétexte de la concentration massive de troupes et de matériel lourd arabes sur ses frontières et des discours sans équivoque appelant à la destruction d’Israël pour lancer une attaque surprise.
Bien sûr, ce n’est pas ce qu’ils écrivent de façon aussi abrupte. Tout cela est délayé avec force précautions oratoires sur cinq pleines pages pédantes et moralisatrices de ce mensuel de Juin 2007.

C’est avec ce même genre de précaution oratoire que je suppose également que c’est par pure grandeur d’âme et de façon tout à fait désintéressée, of course !, que des universitaires et enseignants britanniques appellent au boycott de leurs collègues israéliens.

De même que c’est de façon désintéressée et n’écoutant que leur cœur, que le British National Union of Journalism appelle au boycott d’Israël.
Normal, un journaliste britannique est enlevé à Gaza par des Palestiniens et gardé en otage ou peut être déjà mort.
Alors pourquoi ne pas appeler au boycott des Palestiniens ? Quelques chèques hallal suffisent pour remonter à la source de la chaîne des responsabilités : Israël.
 
À cette aune, les Israéliens devraient faire prendre quelques journalistes britanniques en otage par des « groupes incontrôlés », ce qui, a posteriori, justifierait enfin le boycott décrété par le syndicat des journalistes british.

La référence du quotidien

Le Monde, mais en tant que « quotidien de référence » dont la lecture est vivement recommandée aux étudiants par leurs profs, publie le 3 juin un « scoop » : la fameuse épopée d’Entebbé au cours de laquelle un commando aéroporté israélien a éliminé un groupe terroriste palestinien du FPLP renforcé par des gauchistes allemands et libéré les otages majoritairement juifs d’un vol d’Air France détourné, eh bien oyez bonnes gens, oyez, … c’était un coup monté par le Shin Bet, service secret israélien !
 
Faux cul selon son habitude, ce quotidien passé maître en matière de désinformation et d’intox ajoute prudemment, non sans avoir affirmé d’entrée de jeu que ce document « jette un doute » sur la version israélienne, que cette information issue de « documents britanniques » qui se référaient à un tuyau venant d’une « Association parlementaire euro-arabe » nécessiterait plus de preuves (pas très flatteur pour la fiabilité des « euro-arabes ») n’en conclut pas moins que ce « document » « éclaire cette affaire d’un jour nouveau ».
 
Si nous sommes fondés d’avoir un doute sur leur probité intellectuelle, nul ne peut accuser les journalistes du monde de manquer de métier.
Alors il s’agit bel et bien d’une technique de désinformation délibérée qui établit une parenté génétique de ce quotidien avec ses confrères du Troisième Reich et de l’Union Soviétique.
Le Monde se débattant dans des difficultés financières agirait-il de la sorte par gratitude envers ses « mécènes » discrètement dissimulés ?
Pour me mettre à l’école du Monde, je dirais que « la grande faiblesse de ma supposition est de n’apporter aucun élément de preuve susceptible de corroborer la thèse que je mentionne ».

Israël, Etat sioniste , Palestine, Etat négationniste

A côté des nombreuses approbations,
mon dernier bloc-notes m’a aussi valu quelques protestations pour avoir osé exprimer une opinion défavorable à la création d’un Etat palestinien, et ce, à contre-courant de l’opinion générale admise, même par ceux qui, n’étant pas hostiles à Israël, soutiennent l’idée d’un état palestinien aux côtés de l’état israélien.
Le « droit à » l’existence de ce dernier étant en même temps reconnu même par les plus fervents soutiens à la cause palestinienne.

C’est justement là que le bât blesse.
 
On feint d’oublier qu’en 1948, lors de la proclamation de l’Etat d’Israël, la partie arabe couvrant les anciennes Samarie et Judée, rebaptisée « Cisjordanie » était purement et simplement annexée par un état arabe nommé Transjordanie, aussitôt rebaptisé « Jordanie ».
Les Arabes de la Cisjordanie étaient tous détenteurs d’un passeport Jordanien et ne s’en plaignaient pas.
Pour sa part, la « Bande de Gaza » était occupée et administrée par l’Egypte de Nasser qui en avait fait une base d’attaques contre Israël.
 
L’idée d’une Palestine et d’un Etat Palestinien ne s’est manifestée qu’avec la défaite de la coalition arabe durant la Guerre de Six jours en juin 67.
C’était donc une création d’une nation qui n’a jamais existé et n’avait en tant que telle aucune racine, aucun antécédent historique. Ce n’était dès lors qu’un moyen pour les états arabes militairement vaincus de poursuivre sur le terrain politique international une guerre perpétuelle contre Israël.
 
Un Etat-nation palestinien n’était viable et ne l’est toujours pas sauf s’il couvre la totalité du territoire palestinien tel qu’il était délimité depuis les accords de Picot-Sykes qui fixaient les frontières des territoires respectivement placés sous mandat de la France et de la Grande Bretagne.
Autrement dit, un Etat palestinien ne peut que se substituer à l’Etat Israélien et non pas coexister.
 
Du reste, un symbole reflétant mieux la vérité qu’un discours lénifiant à usage externe, l’emblème de l’OLP comme le keffieh de Yasser Arafat reproduisent la carte de la Palestine « intégrale » dans ses frontières du mandat britannique.
Ce n’est pas un simple extrémisme mais un réalisme géographique, économique et politique confirmant qu’il n’y a pas de place pour deux états indépendants viables « vivant côte à côte et pacifiquement » sur un minuscule espace correspondant à moins de cinq départements moyens français.

Un autre argument plaide contre la création d’un Etat palestinien : le poids des Etats arabes et musulmans à l’ONU.
Un siége de plus, une voix de plus en faveur de ceux qui veulent imposer au monde leur loi, leur conception des « droits de l’homme », qui veulent faire adopter une loi universelle contre le « blasphème ».
Or dans l'immense espace musulman qui recouvre le monde, peut-on citer le nom d'un seul État répondant aux normes de démocratie, de laïcité, de tolérance mutuelle, de liberté de conscience et d'expression, d'égalité entre hommes et femmes qui sont à la base des valeurs du monde civilisé ?
Il serait donc pour le moins imprudent pour la paix et la liberté dans le monde, de renforcer le camp des ennemis de la liberté.

Alors, seul le rattachement à la Jordanie des zones de peuplement arabe de Cisjordanie et de Gaza peut satisfaire la légitime revendication des « Palestiniens » à une nationalité et à une citoyenneté pleine et entière. Mais ce droit imprescriptible ne doit pas aller jusqu’au droit de nuisance.

Pour mémoire, rappelons que
le nom de « Palestine » est une invention romaine du 2ème siècle de l’ère chrétienne, consécutive aux révoltes récurrentes et cruellement réprimées des Juifs contre Rome, celui-ci entreprenant alors de vider la « Judae » de sa population juive.
Ce nom, emprunté à la Bible où il est question des Philistins établis sur la partie méridionale du rivage méditerranéen mais qui s’étaient entre temps dissous dans la population juive, était destiné à traduire jusque dans la toponymie l’éradication de toute trace de présence juive en Judae (nom par lequel Rome désignait précédemment ce pays).
Quel troublant exemple de la récurrence de l’Histoire !
Nous pouvons comprendre l’acharnement des Arabes nationalistes ou islamistes à s’opposer aux fouilles archéologiques, ainsi qu’à effacer et à contester tout ce qui peut rappeler une quelconque présence juive au cours de l’Histoire.

Mais pourquoi s’étendre sur cette histoire d’Israël ? C’est que la censure et la réécriture de notre propre Histoire sous la dictée des « indigènes de la République » avec la complicité de maints universitaires malhonnêtes, veules et corrompus, menacent également la survie de la France dans ce qui lui reste encore d’identité.
Certes, ce nom restera encore un certain temps en vigueur, mais notre pays sera devenu une sorte de Bernard l’Hermite : seule subsistera la coquille originelle dans laquelle une autre bestiole aura pris place.
Ce processus est déjà largement avancé en Seine-Saint-Denis, enclave islamique reliée par le métro au cœur de Paris.
Et la Basilique des Rois de France, « agrémentée » d’un minaret, deviendra un espace haram, sacré de l’Islam « de » France.

>> SUITE >>

Publié dans Coup de gueule !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article