La Mémoire la plus courte (Suite)

Publié le par Ofek

Discrimination positive

« Il faut des Noirs au gouvernement ».
Ce n’est pas moi qui le dis, mais Patrick Lozès qui l’écrit avec cran dans le Figaro, en sa qualité de président du « Cran ».
Pour ce qui me concerne, je ne vois pas au nom de quel principe il ne doit pas y en avoir, mais je ne vois pas non plus au nom de quel principe il faut absolument des Noirs dans chaque gouvernement.

Dans mes choix civiques, j’attache plus d’importance à la couleur politique qu’à celle de la peau. Peu me chaut alors que le candidat à la Présidence ou aux législatives soit masculin ou féminin, blond, roux ou brun, qu’il mesure 1m90 ou 1m60, que lui-même ou ses ancêtres viennent du Limousin, de la Savoie, de la Guadeloupe, de Pologne, du Mali ou de je ne sais où.
Ce qui m’intéresse, c’est sa probité et son orientation politique.

Mais il est une chose certaine contre laquelle je lutterai toujours bec et ongles : le racisme. D’où qu’il vienne. Contre qui que ce soit.
Or, le racisme commence lorsqu’un individu se détermine avant tout par sa « race ».
Je ne connais qu’une race : l’humanité.
Les communes et le Parlement comptent ou ont compté parmi leurs élus des hommes et des femmes de toutes prétendues « races » ou supposées religions. Mais lorsqu’ils se sont présentés devant leurs électeurs, ce n’est pas en qualité de « Blanc », de « Noir », de « Maghrébin », de « Protestant », de « Catholique », de « Juif », mais en fonction de leur couleur politique.

Léon Blum, Georges Mandel ou Pierre Mendès France n’ont pas été élus parce qu’il « fallait des Juifs » au gouvernement mais parce que, à tort ou à raison, les partis qui les présentaient les estimaient compétents.
Il fallait un triste sire tel que Xavier Vallat pour y voir un inconvénient rédhibitoire et injurier en pleine séance parlementaire « le Juif » Blum.
Est-ce l’origine maghrébine de Rachida Dati qui a déterminé le choix du Président Sarkozy pour « amadouer » l’électorat originaire de la même région ?
Si ce n’est « que » pour cela, ce serait un mauvais calcul. Si c’est parce qu’il la jugée compétente, pourquoi pas ?
Mais existe-il un Cram (Conseil représentatif des associations maghrébines) qui aurait écrit « il faut des Maghrébins au gouvernement » ?

S’il faut établir des quotas au sein du Parlement et du gouvernement, il faudra le faire pour les originaires de chacune des provinces de France, de Turquie, de Pologne, du Portugal, d’Italie etc..etc. ; mais aussi pour les Catholiques, les Protestants, les Juifs, les Bouddhistes, les Sikhs, les Souffis, les Bahaïs, les Sunnites, les Chiites, les Polygames, les Homosexuels et bien entendu pour ceux qui sont à la fois Noirs et Homosexuels.
 
Les propos du citoyen Patrick Lozès me paraissent fort éloignés des « idéaux républicains de fraternité » qu’il invoque.
Que veut dire « 1.9 millions d’adultes noirs dont 81% de citoyens français vivant en Métropole » ? Les personnes issues d’un seul parent Noir sont-elles comptées comme Noir ou comme Blanc ?
 
Le citoyen Rozès n’a plus qu’à exiger, au nom de la fraternité et de l’égalité, un quota de « métis ».
J’allais oublier ceux qui ont un seul grand parent Noir ; où les classer ? Et pourquoi pas un « Craj » pour exiger un quota de Jaunes au gouvernement.
Jusque là, il n’y aurait là rien de raciste. Mais que dirait mon concitoyen Rozès avec lequel je partage l’idéal républicain de fraternité et d’égalité si je fondais un « Crab » (Conseil représentatif des Blancs) ?
Mais puis-je garantir que je n’ai pas un ancêtre d’origine suspecte ?
 
C’est fou ce qu’un gargarisme à coloration républicaine de liberté, d’égalité et de fraternité peut comporter comme dose de racisme !

André Dufour sur :
http://www.libertyvox.com/article.php?id=256

Publié dans Coup de gueule !

Commenter cet article