Derniers développements en provenance de l’Iran et de la Syrie

Publié le par Ofek

le-temps-est-compta-.jpg Pont aérien entre Téhéran et Damas : les Gardiens de la Révolution débarquent en Syrie, avec armes et bagages
Le quotidien koweïtien « Al Seyassah » cite des sources syriennes selon lesquelles les passagers qui devaient embarquer mardi dernier à l’aéroport de Damas, se sont vus refouler de l’aérogare. Les responsables de l’aviation civile leur ont demandé de revenir le lendemain, une panne généralisée ayant conduit à l’annulation de tous les vols.

Le lendemain, mercredi, les mêmes arguments ont été formulés aux voyageurs pour leur signifier l’annulation de leur vol. Jeudi, les passagers ont été conduits à l’hôtel, les pannes étant presque réparées.
 
Mais dans les faits, le quotidien affirme que « cette interruption était due à l’établissement d’un pont aérien entre Téhéran et Damas, qui devait bénéficier de la plus grande discrétion.
 
Six avions ont assuré une rotation permanente entre les deux capitales, durant les trois jours, pour transporter des armes et des combattants des Gardiens de la Révolution.
 
Ces hommes et ces armes seront par la suite transférés vers le Liban, en perspective d'une nouvelle guerre. Ils doivent prêter main forte au Hezbollah ».
 
 
Source : Mediarabe.info, sur : Lessakele, le blog de Gad.

Des troupes iraniennes s’attaquent à l’Irak ?
 
C’est pour le moins perturbant comme nouvelle. D’autant plus qu’elle n’est pas (encore) reprise par les grands medias, mais d’un autre coté, nous le savons, cela ne veut plus rien dire aujourd’hui.  
L’info date d’il y a quelques heures, et est publiée sur
Breitbart.com :
 
Des troupes des Gardiens de la Révolution ont été vues par des soldats britanniques passant la frontière dans le sud de l’Irak, rapporte le Sun mardi matin.
Le ministère de la défense britannique ne confirme ou n’infirme l’information […]

Une source du renseignement déclare : « C’est un développement extrêmement alarmiste […]
Dans les fait cela veut dire que nous sommes en guerre avec l’Iran, mais que personne ne la déclare officiellement. »

Le Sun rapporte que des informations radar confirment que des hélicoptères iraniens ont bien traversé le désert irakien […]
 
On en saura probablement plus dans les heures qui viennent. Mais si des combats venaient à éclater entre soldats britanniques, américains ou irakiens et soldats iraniens, je ne vois pas comment une guerre totale pourrait être évitée contre l’Iran.

Mais encore une fois, prenons pour le moment cette information avec des pincettes…
 

L’Iran installe un bouclier anti-missile en Syrie ?
 
shehab-3.jpg
Le Daily Telegraph semble confirmer les informations parues le 25 juin relatives au « pont aérien » entre Téhéran et Damas, destiné à transporter des gardiens de la Révolution, avec armes et bagages, vers la Syrie.
 
Selon le journal britannique, l’Iran installerait en Syrie un bouclier anti-missile qui serait utilisé pour riposter à toute attaque qui pourrait viser ses installations nucléaires.
 
Le site « Elaph.com » cite le « Daily Telegraph » pour affirmer que « la Syrie a accepté d’ouvrir son territoire à ce bouclier, conformément aux termes des accords stratégiques signés entre les deux pays, et particulièrement grâce à l’accord de défense commune conclu en 2005 ».
 
Après une réunion du Haut conseil iranien de sécurité et de défense, tenue en mai dernier, Téhéran a décidé d’accélérer l’application de l’accord de défense commune et d’installer des batteries de lancement de missiles en Syrie pour défendre son programme nucléaire contre toute attaque.
 
Des experts des Nations Unies confirment, selon la même source, que l’Iran installe effectivement des rampes de lancement de missiles en Syrie.
 
« Elaph.com » ajoute que « les Iraniens s’apprêtent ainsi à transporter des dizaines de missiles Chehab-3, des Scud-C et Scud-B » (photo des missiles Shehab-3 lors de manoeuvres iranienns).
 
Source : Mediarabe.info, sur : Lessakele, le blog de Gad.

La Syrie menace toute la région, introduit 2500 terroristes au Liban, et Assef Chawkate ordonne des attentats en Egypte
 
Le quotidien koweïtien « Al Seyassah » croit connaître les raisons de l’échec de la mission du secrétaire général de la Ligue arabe et de sa délégation au Liban, la semaine dernière.
Amr Moussa avait pourtant fait part de son optimisme et comptait conclure un accord entre l’opposition et la majorité. Mais, selon le quotidien, « le vice-ministre syrien Farouk Chareh a envoyé un message très ferme et menaçant à l’opposition ».
 
Dans son message, Chareh aurait affirmé que :
 
« toute concession accordée à la majorité ou tout accord politique signé avec elle sans l’aval du président Assad aura des répercussions dramatiques y compris sur l’opposition. Car, en cas d’accord inter-libanais, la Syrie fermera toutes ses frontières et suspendra tous les transferts d’armes et de fonds qui proviennent d’Iran et du Qatar, à l’opposition », ajoute le quotidien.
 
Selon « Al Seyassah », Chareh aurait textuellement dit aux opposants libanais :
 
« vous devez revenir sur toutes vos promesses faites à Moussa, et nous vous soutiendrons dans la formation d’un gouvernement-bis qui aura notre reconnaissance politique. Nous épuiserons l’armée libanaise en ouvrant plusieurs fronts simultanément à travers nos cellules dormantes au Liban ».
 
A cet égard, le quotidien affirme que « le général Assef Chawkate a secoué l’opposant Sleiman Frangié, en lui reprochant ses prises de positions peu hostiles aux élections législatives partielles prévues pour remplacer deux députés de la majorité. Chawkate reproche à Frangié d’avoir donné l’impression que l’opposition est divisée à ce sujet ».
 
Le journal ajoute que :
 
« 2500 terroristes de diverses nationalités (jordanienne, saoudienne, syrienne, soudanaise, palestinienne et irakienne) ont été infiltrés au Liban par les Services de Chawkate, ces dernières semaines, après avoir subi des entraînements intensifs dans le camp syrien de Najha.
Le transfert et l’installation de ces terroristes se sont faits sous le contrôle de l’ancien ministre libanais de la Défense, le pro-syrien Abdelrahim Morad auquel échoue la mission de frapper la FINUL dans le Sud.
Ces terroristes sont chargés de liquider des responsables de la majorité parlementaire et de l’Alliance du 14 mars, afin de laisser libre champ au président Lahoud de former un deuxième gouvernement ».
 
Le même quotidien « Al Seyassah » craint par ailleurs des attentats terroristes qui viseraient bientôt l’Egypte.
Il croit en effet savoir que « Assef Chawkate a donné ses ordres pour punir l’Egypte. Le chef des renseignements militaires syriens n’a pas pardonné à Hosni Moubarak son hostilité au Hamas palestinien et son opposition au coup d’Etat réalisé à Gaza ».
 
Sur : Mediarabe.info Revues de presse, Al Seyassah (Koweït)

Publié dans Actualités

Commenter cet article