Ah ! La menteuse !

Publié le par Ofek

Hind-Khoury.jpg 
Le 8 septembre 2003 j’écrivais un article, dans lequel je démontrais que Leïla Shahid, représentante à Paris des populations arabes résidents en Israël et peuplant pour un temps encore la Judée Samarie et Gaza, petite fille du Mufti de Jérusalem, grand ami de Hitler et fomenteur de crimes contre les juifs en Terre Sainte bien avant la création de l’Etat d’Israël, était une menteuse.
 
Elle nous avait tellement abreuvés d’énormités dont la moins fade n’était pas la bonne santé de son mentor Arafat qui, à l’en croire, allait bientôt quitter l’hôpital alors qu’il était en décomposition avancée, mort depuis quelques jours des suites « d’un empoisonnement par les services secrets israéliens ».
Ce novembre là, le temps fut mossad…

Celle qui l’a remplacée depuis, n’a rien à envier à sa consoeur. C’est une mythowoman née.

Dans un article paru sur Figaro le 14 juin, le mensonge sonne dès la première phrase :

« En quarante ans, l’occupation israélienne nous a asphyxiés » dit-elle en substance
Israël aurait imposé « sa » paix ou plutôt « sa » guerre dit-elle, « comme si la Palestine lui avait toujours appartenu ».
En quelques lignes, elle expose, au mépris de toute réalité, la thèse selon laquelle les palestiniens ne sont pas violents et qu’ils sont traités de terroristes par Israël.
 
Voilà ce qui est dit stricto sensu :

« L'occupation israélienne a
asphyxié toute une population qui s'enfonce dans la misère avec 88 % des foyers qui vivent en dessous du seuil de pauvreté et la moitié de la population au chômage.
L'économie palestinienne a été paralysée par la guerre, par le boycottage politique et économique de son gouvernement, par le blocage illégal par Israël de ses recettes fiscales, ainsi que par le mur d'apartheid, les barrages routiers et les postes de contrôle.
Transformée en prison à ciel ouvert, la bande de Gaza, une des zones les plus peuplées au monde avec 6 000 habitants/km², doit compter sur l'aide humanitaire pour nourrir 1,1 million de personnes sur une population de 1,4 million.
Dans ces circonstances catastrophiques et désespérées, le gouvernement israélien ne comprend pas l'émergence du Hamas et désigne à la vindicte les Palestiniens comme si ceux-ci étaient enracinés dans la violence. »

Et pour finir :

«
La violence n'est pas une fatalité.
Quarante ans après l'occupation illégale des Territoires, le sommet de la Ligue arabe de Riyad a montré qu'une paix globale dans la région était à portée de main.
Ce plan propose la création d'un État palestinien dans les frontières de 1967 ainsi qu'une solution juste pour les réfugiés, en échange de la reconnaissance d'Israël par les pays arabes.
Ces derniers ont tendu la main, M. Olmert a retiré la sienne. »
 
En clair, les palestiniens sont des gens paisibles, et s’il n’y avait pas eu d’ « occupation illégale », il n’y aurait aucune violence.

Faut-il répondre à cela ? Je pense que oui, mais les bras m’en tombent je vous l’assure.
Quand on dispose d’une tribune comme le Figaro et qu’on assène autant de mensonges, fatalement l’un ou l’autre passera.
D’autant que ces gens là sont passés maîtres dans l’art de jouer aux victimes.
 
Le monde ne compte plus les lieux où l’être humain vit réellement en dessous du seuil des seuils de la pauvreté, où la misère est telle que même l’aide humanitaire aussi importante soit-elle, ne suffit plus à apporter une quelconque amélioration de la qualité de vie, pour ne pas dire de mort…mais non, il semblerait que seuls les arabes de nos territoires souffrent et que leur prison soit à ciel ouvert.
Ciel !…

Mais comment en est-on arrivé là ? C’est ce qu’elle omet de préciser.
La prison n’est devenue prison que par la grâce du plus grand terroriste de tous les temps, Arafat, le père spirituel de Ben Laden.

En déclenchant sa guerre des pierres et surtout des bombes humaines, il a fait tomber le ciel sur sa tête.
Israël a réagi aux attentats aveugles par des éliminations ciblées et des opérations militaires humainement proportionnées au cours desquelles des civils ont perdu la vie, parce que des gens sans foi ni loi se sont servi d’eux comme boucliers humains.
Arafat et sa clique, dont Abbas alias Mazen, ont favorisé des programmes d’éducation scolaire, sans oublier les adultes, télévisés et mosquénisés, inculquant une haine débile et indélébile à deux générations d’enfants et d’adultes.
Voilà pour la partie conditionnement.

Reste la misère. On voudrait qu’Israël continuât de prendre le risque de faire entrer des milliers de travailleurs dont certains ne franchiraient la frontière que pour se faire exploser parmi des civils pour tuer un maximum de juifs…
C’est donc bien la preuve aussi que la prospérité depuis quarante ans dépendait fortement du travail trouvé dans le pays honni…

Mais cette misère du chômage n’est rien en regard de celle voulue, causée, par les détournements affolants de milliards de dollars et d’euros des occidentaux destinés à ces soi-disant réfugiés (à vie ? sponsorisés par les Assedic ?) pour améliorer leur quotidien puisque leurs frères arabes ne se souviennent d’eux que lorsqu’il faut exiger d’Israël qu’il rende des territoires. Ou que l’on s’apprête à l’exterminer…

C’est d’un mensonge gigantesque que nous gratifie Hind Khouri la déléguée générale des territoires usurpés, représentante du plus grand mythe d’après guerre.
Si l’on comptabilise les sommes astronomiques allouées par l’Europe, les Etats-Unis et le reste du monde, tombées dans l’escarcelle d’escrocs hors du commun qui ont mandaté cette femme, ce n’est pas un pays supplémentaire que l’on aurait crée au Moyen-Orient, mais un continent et pas n’importe lequel : un eldorado !

Au lieu de cela, on a acheté des millions de tonnes d’armes dans un seul but : détruire Israël.
C’est de cette guerre là qui paralyse l’économie de ses semblables que Khouri veut parler n’est-ce pas ?
Et pourtant, ces mêmes semblables ont exprimé récemment la nostalgie de l’époque où Israël assurait l’administration, ce que ne dira jamais Khouri, et que leur sécurité était beaucoup mieux assurée.

Quelle misère !...

J’ai toujours trouvé un dénominateur commun à la mentalité arabe, de Rabat à Bagdad, depuis que je suis enfant, pour avoir vécu un peu parmi eux : se créant des situations où ils croient être vainqueurs, et se retrouvant battus à plate couture, ils se mettent à crier à l’humiliation et à l’oppression, alors qu’ils n’auraient, eux, laissé aucune chance à leurs ennemis s’ils l’avaient emporté, puisque ces derniers n’auraient pas survécu…

Quelle misère…

Quand au terme terroristes, je laisse la réponse à son patron, Abbas, citée après l’humiliation subi par ses hommes à Gaza il y a quelques jours :

« Le président palestinien a exclu mercredi tout dialogue avec le mouvement Hamas et accusé les islamistes d'avoir tenté de l'assassiner. Pas de dialogue avec les putschistes, les meurtriers et les terroristes».
Vous voyez que nous ne sommes plus seuls à les appeler ainsi…

Mais je ne le dédouanerais pas pour autant, et ceux qui le font portent l’énorme responsabilité de leur irresponsabilité.
Tous les groupes terroristes qui se réclament de son nom et de son obédience, ont fait autant de mal à mes frères que ceux du Hamas, et des autres criminels que l’on ne peut qualifier autrement que de déchets humains.

Madame, vous et vos semblables venez de prouver au monde encore civilisé que vous êtes incapables de former un Etat, d’assurer une souveraineté dans un quelconque territoire.
Et savez vous pourquoi ? Parce qu’une nation capable de secréter des martyrs et qui en fait des héros, est condamnée à l’autodestruction.
Oui madame, chez vous la violence est une fatalité !

Et que sous couvert de démocratie, vous vous réclamez en fait de l’islamisme.
Et que celui-ci ne s’est imposé au fil des siècles que par la violence, de Médine à Grenade.

Pour moi c’est plus prosaïque : sur la terre d’Israël, une seule nation peut perdurer. Le peuple juif.
L’Histoire l’a montré et le redémontrera.
Vous n’avez aucun avenir ici. Ce n’est pas Tony Blair qui y changera quelque chose.
Ni vos mensonges.
N’en déplaise au Quartet, aux arabes et à l’ensemble des beaux esprits qui se sont fourvoyés dans un combat d’arrière garde.
 
PS : s’il vous venait à l’idée de me poursuivre en diffamation, apprenez que la juridiction compétente se trouve à Jérusalem.
Yérouchalaïm de son vrai nom.
Capitale réunifiée, indivisible et éternelle du peuple juif.
 
 

Commenter cet article