Bonne Volonté ? Mon D.ieu !

Publié le par Ofek

Abbas-2.jpg 
Parfois, pour ceux qui y prêtent attention, les étoiles s’alignent en produisant des effets spectaculaires dans le cosmos et sur la terre. Un effet similaire peut être produit à l’occasion, par le journalisme.

Le 26 juin, le ‘Washington Post’ a présenté trois informations sur la page des nouvelles du monde qui doivent enseigner une leçon à tous ceux qui veulent y prêter attention.
 
La principale nouvelle était titrée : « Olmert fait un ‘geste de bonne volonté’. Au sommet en Egypte, le dirigeant israélien a promis d’obtenir la libération de 250 prisonniers palestiniens ».

La nouvelle juste en dessous présentait ce titre : “le soldat israélien, sur l’enregistrement, plaide pour un échange de prisonniers : un an après sa capture, Gilad Shalit a déclaré qu’il doit être hospitalisé ».

Le titre de la troisième nouvelle était : « L’espoir d’une libération imminente du journaliste de la BBC s’amenuise ».

Olmert se fait-il des illusions, ou est-il simplement idiot, quand il promet de s’engager dans une nouvelle liste de « gestes de bonne volonté », qui n’ont produit aucune réciprocité de la part des ennemis d’Israël ? Je penche pour la deuxième hypothèse…

Quand Israël avait auparavant libéré des prisonniers capturés parce que beaucoup d’entre eux avaient tué, ou essayé de tuer, des Israéliens, beaucoup sont retournés en compagnie de leurs frères jihadistes, et ont comploté de tuer encore.
A l’occasion, Israël pourrait obtenir un soldat israélien kidnappé ou un otage civil, en échange de la libération de centaines de prisonniers, mais pour l’essentiel, Israël n’a rien obtenu.

Pendant la visite d’Olmert à Washington la semaine dernière, j’ai demandé à un « officiel israélien de haut rang » s’il avait essayé de convaincre le Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas de faire cesser la honteuse programmation sur la Télévision palestinienne, qui glorifie régulièrement les islamikazes à la bombe et appelle au meurtre des Juifs et à l’élimination d’Israël.
L’officiel, qui requit l’anonymat comme condition pour parler, déclara : « J’ai fait la requête auparavant » mais sans résultats.
Si Abbas n’ordonne pas l’arrêt de la programmation d’émissions antisémites sur la station TV qu’il contrôle, qu’est-ce qui fait penser à Olmert que la libération de 250 prisonniers palestiniens le rendra plus enclin à quoi que ce soit destiné à assurer la survie d’Israël ?

Lors d’un entretien téléphonique, l’ancien Premier Ministre Benjamin Netanyahou m’a dit : « Abbas ne tient pas, ce qu’il prend par lui-même pour stabiliser la rive occidentale, et donc la Jordanie, ainsi que l’Egypte, doivent servir de parties de « échafaudage externe » en partenariat avec Israël pour contrer le Hamas sur la Rive Occidentale.
Netanyahou s’oppose à l’idée de la libération de prisonniers d’Olmert, disant : « C’est un mauvais message, nuisible, qui ne renforcera pas l’Autorité Palestinienne. Il ne fera que l’affaiblir ».
 
Lors de réunion à Washington avec le vice-président Dick Cheney et la sénatrice Hillary Clinton (Démocrate, New York), Netanyahou dit qu’une division de l’armée jordanienne devrait être déployée sur la Rive Occidentale pour y apporter la loi et l’ordre sur la région. Netanyahou a décrit la société palestinienne comme « dysfonctionnelle » et dit que quelque chose devait être fait pour « contrôler les foules ».

Israël a fait beaucoup de gestes de bonne volonté, et après chacun d’eux, Israël est devenu plus vulnérable. A quand un geste de bonne volonté du côté palestinien, comme l’abandon de la violence et le respect de leurs promesses ?

Qu’est-ce qui va de travers chez les dirigeants israéliens, et la plupart des dirigeants de l’Occident, qui croient que la paix n’est que la manière de trouver la bonne formule pour satisfaire la partie palestinienne et les Etats arabes qui recherchent la destruction d’Israël ?
Les ennemis d’Israël (qui sont surtout les ennemis de l’Amérique aussi) ne se soucient pas de bonne volonté, de réciprocité, d’équité ou de solution à deux Etats dans le désarroi. Ils veulent une solution à un Etat, qui est le remplacement d’Israël par un Etat palestinien.
 
Quelqu’un peut-il valablement argumenter autrement ? Existe-t-il quelque substance à un tel argument, au-delà de la « pensée magique » ?

Le Premier Ministre britannique sortant, Tony Blair est récemment apparu devant le Comité de Liaison du Parlement.
Bien qu’il y parlât de l’Irak, ses remarques pouvaient s’appliquer à la menace sur Israël.
 
Blair mit en avant que l’Occident doit se libérer de l’habitude mentale qui consiste à croire que la violence que nous observons en Irak et ailleurs est créée par les Etats-Unis, la Grande Bretagne, et les forces de la coalition.
 
Il déclara : « Nous pensons que nous créons ce problème ; nous ne le créons pas, il est créé pour nous ».

Peut-être Blair doit-il se déplacer en Israël et se présenter là-bas comme Premier Ministre.
Il a compris ; Olmert non.
 
Cal Thomas sur : http://jewishworldreview.com/cols/thomas062807.php3, adaptation française de Sentinelle 5767. Lu sur le blog de Gad : http://lessakele.over-blog.fr/
 

Publié dans Israël

Commenter cet article