La raie publique dans tous ses états

Publié le par Ofek

 
Monsieur Nicolas BONNAL nous livre ici le condensé des raisons pour lesquelles je n'ai pas voté pour le gesticulateur insomniaque et superficiel qui prétend présider à ce qui nous reste de destinée.
 
   Je n'ai pas voté non plus pour le " porte manteau de la REDOUTE " opportuniste, facétieuse et encore plus superficielle que le " marsupilami " de Neuilly.
 
   J'ai voté BLANC.
 
   La raie publique a mis la France dans un état délétère. Elle mit plus d'un siècle pour y parvenir. Elle entame à présent sa lente agonie ( la raie publique, pas la France ).
 
   Elle a commencé son oeuvre de nécrose de l'esprit national avec cet infâme monsieur Thiers qui préféra proposer à Guillaume 1er une compensation territoriale qu'il ne demandait même pas ( l'Alsace et la Moselle ) et que Bismarck lui déconseillait d'accepter. L'objectif était de baisser le montant des exigences germaniques libellées en monnaie OR. Avec la complicité de l'inqualifiable Gambetta, il parqua dans le camp de Conlie, prés du Mans, une armée bretonne qui ne demandait qu'à partir à la reconquête des terres perdues de l'Est. Les volontaires bretons y moururent de la faim et du scorbut. En supprimant les témoins, on supprimait l'argument. Les manuels d'histoire revisitée des écoles de la raie publique n'en parlent jamais ?..... Diantre ! ...... c'est qu'il n'y pas de quoi se vanter !
 
   Pour faire oublier cette forfaiture, la raie publique entretint l'illusion de la grandeur en dispersant les énergies créatrices dans des conquêtes coloniales qui coûtèrent à la France plus qu'elle ne lui bénéficièrent. Souvenons nous des discours de Jules Ferry sur la nécessité de civiliser les " peuples inférieurs ".  Souvenons nous aussi de l'imbécillité d'un André Gide qui, après avoir découvert le paradis soviétique à la suite d'un petit voyage organisé, revint d'un court voyage en Afrique pour crier au "pillage " des richesses de ce continent.
 
   Non contents de courir de scandales de Panama en scandales des trafics de légions d'honneur, pour ne citer que ceux-là, la raie publique aborda sa grande oeuvre de dévitalisation spirituelle en prônant une laïcité dogmatique et frelatée. Elle consista en réalité en un anticléricalisme viscéral, chassant Dieu des écoles et de tous les lieux publics. La nature ayant horreur du vide, des idéologies marxisantes, athées, libre penseuses, voire anarchisantes, s'engouffrèrent dans la brèche ouverte au nom de ............ la liberté d'expression ! ! ! ............ va-t-en comprendre Alexandre !
 
   Incapable de gérer une crise grave, la raie publique s'engagea dans le conflit de 1914 avec une légèreté démente. Elle ne survécut qu'au prix d'un ........ premier reniement. Tout le monde semble avoir oublié qu'en prenant le pouvoir, le premier soucis du "Père La Victoire " fut de juguler les chambres et d'instaurer un système autocratique, lui faisant dire: " Il est des cas où, pour se survivre, la raie publique doit se renier ! ".......... médite qui voudra, comprenne qui pourra !
 
   La raie publique exsangue crut trouver dans un traité de Versailles, dont elle n'avait pas su diriger les négociations, la clé de son redémarrage économique. L'Allemagne, ayant compris le parti à tirer du " machin politique " français, ne régla quasiment rien de ses dommages de guerre à la France. De traités en traités, les allemands nous balladèrent. Un chancelier élu au suffrage universel avait écrit ce qu'il comptait faire. En France, personne ne le lut ! Des " va de la gueule " socialisants nous concoctèrent un front raie publicain dit populaire et se targuèrent d'avancées sociales dont la ruée nationale ...... socialiste .... d'en face, ne laissa pas profiter les braves gens.
 
   Tout aussi incapable qu'en 1914, la raie publique se saborda politiquement pour échapper à ses responsabilités et remit tous ses pouvoirs entre les mains d'un glorieux maréchal aussi sénile qu'ambitieux. Tapi dans l'ombre, un général précaire mais habité par un orgueil immense attendit patiemment sur le tarmac de l'aéroport de Bordeaux de connaître la composition du premier gouvernement Pétain. Constatant qu'il n'en était pas, il partit guerroyer avec un micro depuis un hôtel de Londres.
 
   Opportuniste jusqu'à la mœlle, l'homme qui se pensait providentiel et  insistait pour que cela se sût prétendit restaurer la raie publique en 1945. L'occasion était pourtant trop belle de s'en défaire ! ........ mais non ! il nous ramena un déserteur qui " lutta contre le fascisme international " pendant quatre ans à Moscou, pour lui donner l'occasion de véroler la fonction publique en lui concoctant un statut validé par Staline. Lisez, pour vous en convaincre, Maurice Druon et son livre LA FRANCE AUX ORDRES D'UN CADAVRE.
 
   La raie publique envoya ensuite les meilleurs des siens se faire tuer dans un conflit extrême oriental sur fond de marxisme triomphant. Elle commença par les oublier avant de rapatrier en catimini ce qui en restait, sous les crachats de cégétistes agressifs et décérébrés. Elle mobilisa ensuite les appelés du contingent qu'elle lança dans une guerre pour laquelle elle avait omis de les préparer. Toujours aussi prompte à se renier, elle laissa ses tribunaux juger et condamner ceux qu'elle avait exhortés à croire en sa parole. Depuis 1962, la raie publique va de Charybde en Scylla.
 
   Après avoir subi un mai 1968 qu'elle ne vit pas venir elle se vautra dans les idéologies les plus rétrogrades, tentant d'intellectualiser la médiocrité au travers de dialectiques reconfigurées. Elle nous valut un Giscard qu'elle transforma en président pour oublier qu'il avait dépassé son seuil d'incompétence en tant que grand argentier. Elle nous infligea un Mitterrand, florentin jusqu'au bout des ongles et dépourvu de vision géopolitique. Puis ce fut le grand menteur et à présent le nain nerveux.
 
   Pendant ce temps, l'islam nous prépare un avenir aux senteurs de couscous et de loukoum, de babouches odorantes et de brochettes d'agneau, sur fond musical exotique et " nazillard ". Les mosquées s'élèvent de toute part. Gaudin veut même que la plus haute soit construite à Marseille. Quelle grandeur d'âne ! Les imbéciles prêchent la laïcité aux juifs et aux chrétiens et vantent dans le même temps la tolérance d'un système politique totalitaire adossé à un prétexte religieux.
 
 QUEL  CIRQUE !
 

Publié dans Coup de gueule !

Commenter cet article