Autodestruction, mode d’emploi

Publié le par Ofek

Victime-islamique.jpg 
Honte soit à un gouvernement qui investit des milliards de dollars dans des moyens de défense et endort le peuple en promettant une protection passive (in)efficace avec l’investissement d’autres milliards de dollars, sachant l’inutilité de l’effort !
Si physiquement la protection peut jouer un rôle partiel, qu’en est-il de la peur et la dépression dans lesquels vivent les familles ?

Enfin, un certain ministre (Chitrit), le maire de Sdérot, de simples citoyens crient à l’absurde. Des centaines de milliards de dollars qui permettraient de construire un toit de béton armé au dessus de Sdérot, calculé pour un certain type de Kassam, se révèleraient insuffisants face à un type plus puissant de Kassam !

La solution de base paraît évidente et moins onéreuse : la meilleure défense étant l’attaque, les solutions sont nombreuses : outre la possibilité de limiter les consommations d’eau et d’électricité et la fourniture de carburant, Israël peut construire des Kassams et en envoyer 10 pour chaque Kassam palestinien (avec des risques de tuer des habitants) ; Israël peut envoyer son armée pour exécuter des incursions limitées : détruire tout un secteur jusqu’à concurrence de 200 réfugiés (par exemple) pour chaque Kassam.
 
Nous aurions à prévenir d’avance pour que les habitants évacuent les lieux, et à éviter de faire des victimes (sauf des terroristes armés). Les bonnes âmes (gauchistes !) protestent-elles ? Qu’ils sachent que le peuple palestinien, imbibé de propagande haineuse (que les médias israéliens qu’ils dirigent à 100% n’ont jamais voulu combattre !) a été transformé en peuple criminel qui fournit les assassins et soutient son gouvernement terroriste : quoi de plus juste si il paye sa folie meurtrière ?

De nombreuses solutions autres peuvent être proposées, mais le Gouvernement israélien n’en retient aucune et laisse Sdérot se morfondre et crier : Pourquoi n’agissons-nous pas ?
 
La clé se trouve dans quelques expressions employées pas du tout innocemment, et dans l’expérience du passé :

-          Le peuple palestinien est innocent,
-          Notre action humanitaire ne peut être interrompue,
-          Dans l’armée, il est interdit de parler d’ennemi, si l’on veut rester politiquement correct, (ainsi explique Gadi Amir, psychologue militaire principal dans le passé),
-          Il n’est pas question pour Israël de vaincre et se pose la question si la responsabilité de la lutte ne doit pas être assumée par la police,
-          La paix règne, cependant il y a quelques personnages qui dérangent le climat…
-          La paix régnant, il faut préparer l’armée à la guerre contre les Juifs (religieux) qui ont osé s’installer dans les territoires palestiniens… Ainsi le 12-7-2006 s’est levé, avec une guerre à laquelle l’armée n’était pas préparée et au cours de laquelle quelques héros ont sauvé l’honneur de l’Etat.
-          …
 
Tentons de comprendre :

-          Nous vivons depuis 1993 la Paix d’Oslo qui reste la ‘paix’ bien que le bilan s’élève à des milliers de morts et blessés.
Arafat disparu, Abou Mazen est adulé par les médias israéliens, bien qu’ayant démenti la Shoah ce qui le classe parmi les ennemis d’Israël se vautrant dans des mensonges.
C’est avec lui que l’on veut faire la paix ! Alors quand l’argent versé par le gouvernement israélien à Abou Mazen trouve un chemin direct vers Gaza au Hamas, si le Sénateur américain Cantor lui envoie une lettre acerbe, Olmert et Livni volent à son secours !
Il faut absolument signer la paix définitive et qu’importe Sdérot et ses petits malheurs !
Surtout ne pas envenimer et faire régner une ambiance de guerre et encore moins vaincre.
Car il faut négocier à égalité, a dit le Président Pérès !…

-          Nous sommes prêts à signer sur un (torchon de) papier qui portera la signature d’Abou Mazen, dont la validité sera de moins de 24h, car il sera violé par les Palestiniens du Fatah ou d’une autre organisation crée pour les besoins de la cause.
Mais nous, nous le respecterons et nous nous livrerons à la destruction des points d’implantation et nous appliquerons le plan de regroupement, risquant d’amener le peuple juif au bord de la guerre civile.

Ainsi le point de départ de la nouvelle guerre avec les Palestiniens se fera dans des conditions catastrophiques pour Israël, c’est ce que les Palestiniens visent !

Comment une telle ‘naïveté’ a-t-elle pu s’emparer de nous ?

La ‘gauche’ a introduit ses ‘milices’ dans toutes les administrations de l’Etat et en particulier dans l’appareil judiciaire qui élimine toute personnalité (de droite en général) qui gêne, ou qui maintient en place et protège (tout celui) qui applique l’agenda gauchiste dicté par celui qui est devenu le président de l’Etat, Shimon Pérès, aidé par Dorite Beinish, Présidente de la Haute Cour de Justice (secondée par Aaron Baraq) et le Conseiller Juridique du Gouvernement, Méni Mazouz.

Y a-t-il exagération ?

Quelques paroles prononcées par le Ministre de la Justice, Daniel Friedman, au cours d’un interview au journal Haaretz le 19-8-2007 viennent confirmer dramatiquement avec délicatesse ce qui est occulté aux yeux du peuple : interrogé sur le point de savoir si une action en justice est décidée quand un personnage ‘n’est pas aimé’, Friedman a répondu :
« Je ne sais pas. Il est clair que l’aile droite ressent qu’elle est traitée plus sévèrement… Nous avons besoin de juges avec une attitude judiciaire différente de celle qui prévaut couramment à la Haute Cour de Justice… »

Ainsi rappelons le cas de Sharon, président du Likoud, transformé, par des menaces planant sur sa famille suite à des affaires judiciaires, en homme appliquant la politique gauchiste et fondant Kadima, illégalement promu parti dirigeant en novembre 2005.
Subitement de la position d’homme de droite haï (le faucon, ndlr), il devint ‘l’étrogue’ (le cédrat) de la gauche, et ses affaires judiciaires furent classées par Mazouz (avec les bénédictions de Baraq : pour leur silence l’accusatrice Edna Arbel et son patron furent propulsés à la Haute Cour).

Olmert jouit d’un traitement identique : malgré des affaires, bien plus véreuses que celles de son ancien patron, Mazouz a enterré les dossiers. Dorite Beinish et Méni Mazouz débarrassent de son chemin les gêneurs :

- l’accusateur, Yaron Zélicha, trésorier général, accusateur d’Olmert, est révoqué.
- Le contrôleur de l’Etat, Lidenstrauss, appelé à son secours, reste réservé.
Lui-même, n’a-t-il pas été sermonné (et peut-être menacé) pour ses attaques contre Olmert à propos de la Deuxième guerre du Liban ?
- La commission Winograd a publié un rapport provisoire qui accuse Olmert, ses proches et des officiers supérieurs de manquements graves, le conduisant normalement à la démission comme Haloutz, Adam, Hirsh, Amir Pérètz…
Olmert a décidé que pour lui, il fallait attendre le rapport définitif en Août 2007.
Winograd a fait l’erreur (peut-être) d’annoncer que d’autres officiers seraient impliqués qui eux n’ont pas été entendus.
Olmert ‘s’est réjouit’ (n’a-t-il pas aidé ?) que la section Défense juridique de l’armée dépose plainte : ils doivent être entendus. Cette plainte déposée à la Cour Suprême a été acceptée et la publication du rapport définitif susceptible d’ébranler Olmert est renvoyée de plusieurs mois.
- La Knesset pouvait faire vaciller Olmert sur son trône. Le Shass et Israël Beitenou auraient pu le renverser. Ces deux partis, trahissant leurs électeurs, n’en font rien !
Donc Olmert, le plus mauvais Premier Ministre d’Israël, marionnette dans les mains du dictateur, qui interdit toute action offensive pour la protection de Sdérot, continue son œuvre destructeur et perdure : ses adversaires politiques ont été neutralisés ou sont impuissants.

Quel est le but final poursuivi par le dictateur ? Car il faut se persuader qu’il a un objectif clair qu’il poursuit sans fléchir.

L’objectif fixé est de ramener Israël à ses frontières de 1967 pour pouvoir disperser les mitnahalim (habitants des implantations, en général juifs religieux installés au-delà de la ligne verte) aux quatre coins d’Israël et casser leur cohésion, basée sur la Tora : la Terre d’Israël, pensent-ils, appartient au peuple juif parce que D.ieu la lui a accordée en héritage. Oh ! le crime !

Les gauchistes, utilisant les voix des arabes israéliens, veulent constituer ‘l’Etat de tous ses citoyens’ et faire disparaître ‘l’Etat Juif’. Leur politique est antijuive !

C’était le vœu également de Azmi Bishara, ancien député, ayant fui en pays arabe après avoir ouvertement trahi : il voyait dans cette étape celle précédant la disparition de l’Etat d’Israël par les lois de la démocratie/démographie et la création de la Grande Palestine, réservant aux Juifs ‘le grand large’.
Il avait raison dans ses prévisions (que D.ieu nous protège !) et comment nos gauchistes ne voient-ils pas le danger qu’ils font planer sur l’Etat d’Israël ?

Les gens de Shass et de Israël Beitenou avec les gauchistes ne trahissent-ils pas leurs propres intérêts, ceux de leur famille et ceux du Peuple Juif ?
 

Publié dans Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article