Dans ce monde d’aveugles, il ne nous reste que la voix

Publié le par Ofek

 
… Le tollé de la gauche et d'une partie de la droite molle devant l'amendement déposé par le député UMP du Vaucluse, Thierry Mariani, au projet de loi sur l'immigration est d'un ridicule achevé. Cet amendement propose des tests ADN pour les candidats au regroupement familial afin de vérifier que les enfants appartiennent bien au père qui désire les faire venir en France.
Si scandale il y a c'est de perpétuer un système laxiste, où tous les abus sont possibles, et qui met en danger la politique d'immigration et d'intégration de notre pays. Les états d'âmes de la gauche sont bien jolis mais elle oublie de dire que le test ADN servira seulement en cas de doute sur l'authenticité des documents administratifs et qu'il ne sera pas obligatoire. Ce qui d'ailleurs jette un doute sur l'efficacité réelle de cette mesure.
Elle oublie de dire que douze pays en Europe ont déjà introduit cette possibilité. Par cette polémique stupide la gauche prouve une nouvelle fois qu'elle est complètement coupée des réalités, totalement déconnectée des attentes de la population et incapable d'offrir une alternative de gouvernement crédible.

Les "Munichois" de l'Europe sont montés au front.
 
Le seul qu'ils connaissent, celui de la capitulation. Les pleutres ont été effrayés par les déclarations du ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, et du Premier ministre, François Fillon, sur l'Iran.
Dimanche, Bernard Kouchner a en effet prévenu qu"il faut se préparer au pire, c'est-à-dire à la guerre."
Le lendemain François Fillon a enfoncé le clou en évoquant "une tension extrême" avec l'Iran au sujet de son programme nucléaire.
 
Aussitôt le choeur des capitulards s'est élevé contre ces déclarations :
 
Pour l'Allemagne "Il serait complètement faux de parler de menaces de guerre", pour l'Autriche "Il est incompréhensible qu'on ait eu recours à une rhétorique martiale en ce moment", pour la presse européenne "la solution passe nécessairement par le dialogue" etc...
 
Soulignons au passage que les Européens se ridiculisent depuis 2003 dans de vaines négociations avec Téhéran. L'Iran roulant dans la farine les diplomates européens pour gagner un temps précieux et poursuivre le développement de leur programme nucléaire.
D'ailleurs début septembre, Téhéran a annoncé que 3000 centrifugeuses étaient en place, le seuil permettant de fabriquer l'arme nucléaire.
On peut constater l'efficacité de la démarche diplomatique de l'Europe !
 
Il était vain de croire aux vertus de la négociation avec des islamo-fascistes. Il était évident que ces derniers ne voyaient dans les négociations qu'un moyen de tergiverser. Quelle naïveté de la part des Européens. Rien n'a changé depuis 1938 !
Les nations démocratiques ont ainsi perdu un temps précieux et se trouvent désormais au pied du mur.
Nicolas Sarkozy avait déjà parfaitement résumé la situation le 27 août en évoquant "l'alternative catastrophique : la bombe iranienne ou le bombardement de l'Iran."
 
La presse européenne fustige déjà "Sarkozy l'américain" et évoquent les dangers d'une intervention militaire, les risques de déstabilisation au Proche-Orient, les conséquences d'une riposte iranienne sur les prix du pétrole.
Mais je remarque qu'aucun média ne présente les risques d'une... non-intervention.
 
À croire que le régime iranien est soutenu par une idéologie pacifique, qu'il s'agit d'un régime démocratique.
Qu'il n'y aurait donc aucun risque à le voir se doter de l'arme nucléaire.
Comme si ce régime n'avait jamais menacé de détruire Israël.
Comme s’il n'armait ou ne finançait aucun groupe terroriste.
Oublié également les déclarations de plusieurs ayatollahs, bien avant les propos d'Ahmadinedjad sur son désir de rayer Israël de la carte, sur le sacrifice nécessaire de millions d'Iraniens si cela permettait de détruire Israël. On imagine aisément le tableau.
On fait également mine d'oublier que l'Europe n'est pas à l'abri des islamo-fascistes iraniens. Avec le perfectionnement futur de ses lanceurs, l'Iran sera bientôt en mesure de menacer l'Europe avec ses missiles. L'Italie ou la Grèce ne seront plus à l'abri d'un chantage des fanatiques religieux de Téhéran.
Lorsqu'on voit les réactions hystériques du monde musulman pour quelques caricatures on imagine sans peine que ce chantage nucléaire pourra s'exercer sur tout et n'importe quoi et pèsera sur les choix diplomatiques de l'Europe.
 
Il serait temps que nos médias informent nos concitoyens sur les dangers d'une politique munichoise. Car si cette intervention ne peut être prise de gaieté de coeur, la perspective de voir Mahmoud Ahmadinejad détenir la bombe atomique devrait pousser tous les démocrates à s'unir pour défendre cette action énergique. Ne laissons pas se construire les Auschwitz de demain.

En attendant, l'Etat hébreu se félicite d'avoir retrouvé sa "capacité de dissuasion" après le conflit de 2006 au Liban. Cette déclaration fait clairement allusion au récent raid aérien contre la Syrie au cours duquel l'aviation israélienne a sans doute frappé du matériel ou des installations nucléaires importés de Corée du Nord par les Syriens. Un signal clair envers Téhéran.

Encore un bel exemple de diplomatie infructueuse. Dans les brèves du jour du 05 septembre, je m'étais élevé contre la visite du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, auprès du boucher du Darfour, Omar el-Béchir.
Et de me demander si cette prostitution diplomatique était le meilleur moyen d'assurer la protection des malheureux qui survivent sous le joug de ce despote.
Aujourd'hui on sait que cette visite était non seulement indécente mais inutile. Des combats violents se sont produits à Hashkanita, dans le nord du Darfour, les 10 et 11 septembre.
Ban Ki-moon, a appelé lundi...à l'arrêt des violences. Omar el-Béchir doit trembler !

Extrait des brèves quotidiennes (Mercredi 19 septembre 2007) de David Bescond sur
http://www.rebelles.info/
 
Courage, fuyons ! 1938 : bis repetita
 
Dans le rôle de la SDN, l'AEIA dirigée par Mohammed El-Baradei : « Je ne vois pas en ce moment de danger clair concernant le programme nucléaire iranien »
 
Dans le rôle de Léon Blum, Bernard Kouchner : "la communauté internationale doit se préparer au pire, et le pire c'est la guerre."
 
Dans le rôle de Philippe Pétain, Jean-Pierre Chevènement : « les paroles du ministre des affaires étrangères témoignent d'une désinvolture dangereuse »
 
Dans le rôle d'Adolf Hitler, Mahmoud Ahmadinejad : "Israël va bientôt disparaître"
 
Dans le rôle de la Grande-Bretagne , l'Allemagne : « Il serait complètement faux de parler de menaces de guerre »
 
Dans le rôle de la communauté internationale, l'Autriche : « Il est incompréhensible qu'on ait eu recours à une rhétorique martiale en ce moment »
 
Dans le rôle des opinions publiques européennes et autistes, les opinions publiques européennes et autistes : "à bas la guerre !"
 
Dans le rôle de la lâche presse européenne, la lâche presse européenne : "la solution passe nécessairement par le dialogue"
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article