Sarkozy ne diffère pas de Chirac

Publié le par Ofek

 
J’espère encore me tromper, mais plus le temps passe, et plus je me demande si Nicolas Sarkozy va être très différent de Jacques Chirac. Sur un plan intérieur, la cause semble entendue. Replâtrages, effets cosmétiques en tout genre sont au nouveau programme. La façon de faire semble éprouvée. On fait voter une loi. On dit qu’on restera ferme à l’attention du grand public. Et puis, on négocie avec les syndicats de façon à rendre d’une main ce qu’on a fait mine de prendre de l’autre. Ceux qui croient qu’avec cette façon de faire, le pays va retrouver une croissance forte et le plein-emploi tout en s’adaptant à l’économie de la connaissance, découvriront assez vite qu’ils s’égarent.

Humainement, Sarkozy est sympathique. Je lui fais même crédit d’être de bonne volonté, mais la sympathie et la bonne volonté ne suffisent pas. S’il demandait à l’Institut Turgot une étude sur l’économie du futur, j’aurais deux ou trois choses à lui expliquer. Je pourrais lui fournir des spécialistes d’une autre clairvoyance que les socialistes usagés et de seconde ou de troisième main dont il s’entoure : Lang, Védrine, Attali. S’ils sont encore cotés, ce n’est pas à l’argus de la clairvoyance planétaire. Il semblerait parfois que pour être un commentateur ou un expert en ce pays, il faut préalablement avoir montré qu’on s’est toujours trompé sur tout.

Ce qui vaut pour la politique intérieure semble déteindre sur la politique étrangère. L’incursion en Libye destinée à obtenir la libération des infirmières bulgares aurait pu sembler n’être qu’un incident de parcours et peser de peu de poids face au changement radical de discours de la diplomatie française concernant l’Iran, l’Irak, Israël et les États-Unis. L’attitude de Nicolas Sarkozy face à Vladimir Poutine avait été, elle aussi, tout à fait respectable.
Mais fallait-il recevoir Hugo Chavez ? Un homme qui embrasse Ahmadinejad et fait glisser son pays vers un système néo-communiste est-il fréquentable ? Surtout lorsqu’on sait que cet homme organise dans toute l’Amérique latine une « internationale bolivarienne » qui tente de déstabiliser le continent entier et de le faire régresser vers les pires impasses de son passé ? Ne serait-il pas plus intelligent et plus conforme à l’éthique de recevoir Alvaro Uribe, Président de Colombie qui, malgré l’activité persistante des narco-terroristes des FARC (amis de Chavez), et les campagnes d’enlèvements, de racket et de déstabilisation, est, lui, en train de redresser son pays ?

Ceux qui parleront d’Ingrid Betancourt devraient se souvenir que celle-ci fait partie des milliers d’otages pris par des gens qu’il faut qualifier de totalitaires sans scrupules, qu’elle s’est elle-même jetée dans la gueule du loup parce qu’elle est imprégnée d’un esprit gauchiste pacifiste et que, quelle que soit la compassion qu’on puisse éprouver pour ses enfants, ce qui est en jeu est bien plus vaste que le comportement d’une femme irresponsable. Un État démocratique, ce devrait être une règle, ne doit jamais traiter avec des totalitaires, et doit seulement les combattre.

La réception de Chavez par Nicolas Sarkozy a précédé de peu une visite officielle en Chine où il s’est agi surtout de vendre des avions et des installations nucléaires en accordant des transferts de technologie dont les conséquences pourraient être lourdes dans le moyen terme. Pour que la vente s’opère dans de « bonnes conditions », les discours tenus ont fait peu de cas de la situation au Tibet, des condamnations à mort innombrables pour délit d’opinion, et surtout du statut de Taïwan. Sans aller jusqu’à affirmer le droit du peuple taïwanais à disposer de lui-même, le Président français aurait pu s’abstenir de dire que la France reconnaît « une seule Chine » de la façon lapidaire et expéditive dont il l’a fait.

Je sais que le contexte français est très difficile, que Chavez compte en France davantage d’admirateurs que de critiques, et que les informations sur la situation réelle en Amérique latine sont édulcorées. Je sais aussi que la Chine fascine, au point que fort peu de gens veulent entendre parler des multiples cauchemars qui gisent derrière le « rêve chinois ». Un retour à la dignité et à la droiture en politique étrangère ne devrait néanmoins pas souffrir trop de dérogations à la règle sinon, ce sont les dérogations et les exceptions qui pourraient sembler devenir
la règle.

Guy Millière sur http://www.rebelles.info/
 
« Je lance un appel au peuple d'Israël pour qu'il n'inflige pas au peuple palestinien la même injustice que celle qu'il a subie lui-même pendant tant de siècles »

En faisant cette déclaration, Sarkozy s'inscrit dans un style que l'on connaît, le style plutôt ignoble d'Edgar Morin. Cette déclaration de Sarkozy est scandaleuse, scandaleuse parce qu'elle s'appuie sur la même idée d'une transformation automatique des victimes en bourreaux que celle qui constitue le coeur de la démonisation d'Israël par ses ennemis, tel qu'on l'a vu à Durban 1 et tel que cela se prépare pour Durban 2; déclaration scandaleuse parce qu'elle nie la responsabilité des palestiniens dans leur propre malheur, responsabilité écrasante pour qui connaît un peu l'histoire; déclaration scandaleuse parce que placée sous le signe de la confusion, au lendemain de son hommage à Camus dont il n'a pas retenu la leçon : " mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde".

On me dira peut-être que Sarkozy ne prétend pas décrire une situation actuelle, mais qu'il lance un appel pour que cette situation ne se produise pas ? Ce n'est évidemment pas convaincant, car pourquoi lancer un tel appel s'il ne s'agissait pas de renforcer dans leur opinion ceux qui nazifient Israël à longueur d'années.

Tout se passe comme si après les accusations antisémites le visant, Sarkozy avait voulu donner des gages aux antisémites. Déjà, au lendemain de ces accusations, il s'était déclaré hostile aussi bien à l'antisémitisme qu'à l'islamophobie, reprenant à son compte ce concept d'origine iranienne visant à faire passer toute critique de l'idéologie islamique pour du racisme. Confusion dans le prolongement de celle qui le faisait nommer naguère un "préfet musulman", comme si le préfet en question, s'il avait choisi de renoncer à la religion musulmane, aurait dû non seulement être condamné pour apostasie par les musulmans intégristes, mais également démissionner de son poste de préfet de la République puisque n'entrant plus dans la définition du ministre : être un préfet musulman.

Pendant que Rama Yade dénonce, nous nous en félicitons, le carnaval antisémite du conseil des droits de l'homme, la France vote la plupart des résolutions qui condamnent Israël. Double discours inquiétant... le moins que l'on puisse dire, c'est que les confusions scandaleuses de Sarkozy ne sont pas pour nous rassurer.

Anatole sur
http://vigilances.blogspot.com/2007/12/dclaration-scandaleuse-de-sarkozy.html

Commenter cet article

grandpas 07/12/2007 19:38

Rama YadéUne opportuniste qui se dit fièr d' être musulmanne avant d' être française,j' ai envie de vomirQuand au Sarko,il ma fait penser au furet mais est ce que les français l' attraperont avant qu' il ne fasse trop de bêtises.Mais bon en face le chois était restreint car la Bécasse,c' était à mourir de rire.

Orela 06/12/2007 12:54

Nous y voilà !!!Pas trop tôt en effet bien avant son élection je savais qui est  Sarko Ce mec joue sur tt les tableaux Qd on parlait des bourdes de Ségo Sarko ne fait pas mieux Après l'Esclavage voici qu'il mêle l'Algérie et Israel alors qu'il n'y a aucun rapport!!!Flatter et rapporter du pognon en france c'est tt ce qui l'interesse ....Povre France ...Kol Touv Ofek!!! et Hag Sameah 

amédée 06/12/2007 11:35

- heureux de lire que je ne suis pas le seul à me faire ces réflexions dans mon p'tit coin ! -  pour moi SARKO diffère de CHIRAK - mais en pire    - encore plus opportuniste     plus insaississable     plus véreux   soudoiable etc ..   plus faux  , plus faux jeton - je l 'appelle IZNOGOUD  ( Is not  good )  le calife à la place du calife - j'ai été "" obligé de voter pour lui " ( à l 'insu de mon plein gré ! )  - vu le niveau apparent de Bécassine - mais le niveau était très bas !  - un petit avocaillon furetant au RPR depuis l 'adolescence   prêt à tout   déjà avec un lourd passé de mensonges instabilité   ( personnelle & professionnelle )  contradictions etc..  quelle tristesse   quelles trahisons