Information ciblée par des journalistes d’élite

Publié le par Ofek

 
 Un nouveau terme est né : Attentat ciblé

 
Extraits :
« L’attaque à la voiture piégée qui a fait quatre morts dans une banlieue chrétienne de la capitale libanaise visait le général qui aurait pu prendre la tête de l’armée.
Quatre personnes au moins ont été tuées et sept autres blessées dans une forte explosion qui s’est produite mercredi matin à Beyrouth, selon la Croix-Rouge libanaise…
 
… L’explosion aurait été causée par une voiture piégée, et aurait eu lieu devant un poste de police. Au nombre des victimes figurent François el-Hajj, un général de l’armée libanaise, directement visé par l’attentat, ainsi que son garde du corps… »
 
Il était normal qu’en qualifiant systématiquement les éliminations ciblées, de terroristes actifs et répertoriés par les forces de défense israéliennes, de terrorisme d’état, nos valeureux journalistes hexagonaux se retrouveraient devant une impasse.
Comment alors, qualifier les actes de pur terrorisme réalisés par des vrais terroristes ?
 
Pacotille pour nos contorsionnistes. Quand on est capable de déformer, voir d’inventer les faits, il n’est pas d’obstacles infranchissables.
 
Prenons l’exemple de cet article du Figaro.
 
On notera tout de suite que hormis le titre, le mot attentat ne réapparaît plus dans le corps de l’article, on parlera d’attaque, comme s’il s’agissait d’un acte de guerre au sens du droit international.
 
Les mots terrorisme, terroriste, terroriste-suicide n’apparaissent pas dans ce simulacre de dépêche.
C’est l’explosion qui est le sujet de cette tuerie, et cette explosion a été causée par une voiture qui a été piégée. Dangereux l’automobile…
 
Ensuite, et bien que ce soit au moins le dixième attentat qui ensanglante le Liban ces deux dernières années, et que toutes les cibles étaient des opposants au régime syrien qui tente par tout moyen de reprendre la main sur ce pays, le scribouillard au service de l’information des français lobotomisés ne nous donne aucune information (ce n’est pas son rôle apparemment) sur le contexte dans lequel intervient cet attentat.
 
La balance commerciale française et son déficit étant ce qu’ils sont, les scrupules et la morale éthique étant l’apanage du passé, on ne va pas embarrasser un grand pays comme la Syrie, potentiellement acheteur de Mirages et de centrales nucléaires, civiles bien sûr.
Au passage, je ne peux m’empêcher de relever cette supercherie du nucléaire civil quand on sait avec quelle facilité on peut passer de cette technologie au nucléaire militaire, ne restant plus que la dernière ligne droite à courir, 90% du chemin ayant déjà été fait.
Mais bon, passons.
 
Tout ce que l’on apprend au sujet de ce Général, c’est qu’il était sur le point de devenir le chef de l’armée. Sa couleur politique, ses positions par rapport à la Syrie ?
Aucun intérêt pour les lecteurs de ce postiche de journaliste.
 
Ah oui, au passage, quatre autres personnes ont également été ciblées par cette voiture, sept autres ont été blessées.
On a vu plus précis comme méthode de ciblage qu’une voiture bourrée de quelques dizaines de kilos d’explosifs…
 
Précision de la plus haute importance : l’explosion aurait eu lieu devant un poste de police.
En effet on comprend mieux le ciblage, les flics libanais doivent sûrement ressembler à ceux de Villiers-le-Bel, ceci explique donc cela.
 
Eureka ! J’ai compris la logique !
 
Puisqu’on parle désormais d’attentats ciblés, il ne peut plus être question de terrorisme qui lui, par définition, est aveugle dans le sens où les dégâts collatéraux sont aussi importants que la cible originelle car ils génèrent le capital-terreur indispensable à tous les groupes d’activistes qui se déchaînent tout autour de la planète.
 
Avertissement : tout lien qui serait fait hâtivement entre les différentes explosions qui ont secoué ces dernières 48 heures l’Afghanistan, l’Irak, l’Algérie et le Liban, et qui se soldent par plus ou moins 200 victimes provisoires, serait tout à fait fortuit, ces incidents n’ayant en commun que la méthode expéditive et arbitraire avec laquelle ils sont survenus, et accessoirement, les références idéologiques auxquelles se réfèrent leurs auteurs.
 
Eh oui, il y a des auteurs derrière les voitures et autres dispositifs pyrotechniques !
 
Ofek

Commenter cet article