Pour le 60e anniversaire, "Le Point" insulte Israël

Publié le par Ofek

 
Comme on peut être ingénu, parfois... Approchant du 60e anniversaire de l'Etat hébreu, il était naturel que je m'intéresse à tout ce qui était publié sur ce pays magnifique que j'ai eu le bonheur de visiter en mars 2007. Ma grande naïveté a été de croire qu'en cette année phare, les journalistes français allaient faire preuve d'un minimum de respect, de celui qui est exigé pour n'importe quel pays ou peuplade étrangère.

Mais voilà. L'élite française est antisémite et elle l'assume plus ou moins bien. Officiellement, elle se dit "antisioniste" mais, comme l'a 
noté justement Martin Luther King, la haine frénétique à l'encontre d'Israël n'a aucune base rationnelle ; elle prend pour cible l'étoile du drapeau, et non le drapeau lui-même.

Quelle ne fut pas ma déception, immense, en découvrant le dernier numéro du "Point". J'avais pris soin d'acheter un magazine de droite, supposant que la vague Sarkozy avait calmé les idéologues plus haineux. Je pensais sincèrement lire un dossier décent sur Israël sexagénaire. Même pas élogieux - la France est gravement atteinte mentalement, je le sais - mais juste décent. Respectueux. Normal.  

Eh bien non... Les "30 pages historiques" (sic) représentent certainement le plus gros travail de propagande que j'aie pu lire depuis longtemps. Très longtemps.

L’histoire d’Israël… selon les Arabes
 
La naissance d'Israël ? "Le Point" commence sans ambiguïté : "un coup de poignard dans le flanc du Proche-Orient". Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il s'agit là d'une reprise au mot près des discours d'Ahmadinejad, mais je le pense. A la décharge du journaliste, ce "récit historique" se fonde sur le dernier chef-d'oeuvre de Charles Enderlin, metteur en scène d'Al-Dura et grand amoureux de la vérité devant l'Eternel. Pensez donc : un Juif détestant son pays d'adoption plus que n'importe quel idéologue étranger ne saurait être meilleur interprète en cette année anniversaire. 

Pour illustrer la chronologie des victoires militaires du petit Etat juif et de ses dirigeants, "le Point" cite quelques personnalités... ennemies. Nasser, d'abord : "l'impérialisme a essayé par tous les moyens possibles de porter atteinte à notre nationalisme arabe. Il a essayé de nous disperser et de nous séparer et, pour cela, il a créé Israël, oeuvre de l'impérialisme". Vous avez compris : l'Etat hébreu est une conspiration des grandes puissances. Plus loin, deuxième et dernière citation qui domine la ligne du temps, celle du général De Gaulle décrivant les Juifs comme "un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur", une belle tirade antisémite, rendue telle quelle, qui résume la nouvelle politique arabe de la France. Plus clair que ça, tu meurs. Même le sous-titre de l'article reprend au mot les slogans islamistes : les "armées arabes humiliées". Suivez mon regard…

La Terre… pas si promise que ça
 
Quatre pages et autant d'insultes. Ainsi commence le dossier anniversaire du premier magazine français "d'information" (sic). Mais le pire reste à venir. Une journaliste aborde la question de "la Terre promise" et, par là, du sionisme. Quelques citations bibliques rappellent la judéité d'Israël, mais la journaliste ajoute aussitôt une mise en garde piochée dans la Bible : "si vous vous abstenez d'opprimer l'étranger, l'orphelin et la veuve, je vous laisserai résider ici, dans le pays que j'ai donné à vos ancêtres, de siècle en siècle".  Vous saisissez ? Pour enfoncer le clou, la plume du "Point" cite le professeur juif Victor Klemperer qui compare le sionisme au nazisme, et salue cette écoeurante comparaison d'un tonitruant point d'exclamation. 

Mais le travail de sape n'est pas terminé. Comme le billet est consacré à la "Terre promise", la journaliste le conclut en citant les travaux d'Israël Finkelstein, un spécialiste israélien qui prétend que l’importance du royaume de Juda n’équivaudrait pas « l’Erets Israël » voulue par les sionistes. Les thèses de Finkelstein sont rejetées par ses collègues archéologues, mais cela "Le Point" n'en dit mot. Au contraire. Sa journaliste utilise cette source spécieuse pour noter, triomphalement : « Israël, fruit de la propagande ? », question rhétorique niant toute légitimité à un Etat plus légitime que la France.

Ah, si Israël était marxiste...
 
Dans un encart en bas à gauche, on relève discrètement les prouesses intellectuelles de l’Etat juif. Sa puissance économique semble déconcerter la journaliste, qui se garde bien de préciser que 4.7% de croissance en 2007 pour un pays en guerre est un exploit historique qui rejette la France en fond de classement. Non, elle griffone, en bonne socialiste, que « le mythe de l’Israël égalitaire s’effondre ». CQFD. Tout est mal en ce pays, même ce qui va bien.
 
Même hypocrisie à propos de Tsahal. L’armée israélienne, n-2 de la planète, est présentée comme une institution en faillite, et l’article salue un professeur d’université antimilitariste ayant renvoyé de sa classe un étudiant en uniforme… Précisons que le journaliste, tout comme le reste du magazine, nie toute dimension religieuse à Tsahal. Après tout, si on se réfère aux premières pages, « Le Point » nous explique que les Juifs sont venus pour de fausses raisons construire une société ratée qui se disloque... Joyeux anniversaire quand même.

Et quel grand écart à propos des kibboutzim ! Un journal de droite qui regrette le collectivisme, dans quel pays peut-on constater pareille stupidité sinon en France ? Ces Israéliens n'ont aucune qualité, je vous dis. Israël serait, en plus « libéral » ! Tare suprême !

Dis mois si tu es artiste et tu me diras qui je suis
 
Place aux témoins. Comme d’habitude dans une publication française ne sont cités que les artistes et écrivains de gauche ou d’extrême gauche débitant des banalités à faire sourire un dépressif. 

Plus loin, deux pleines pages sont consacrées à une pacifiste illuminée qui pose en photo avec une Palestinienne voilée. Quel est l’intérêt de connaître l’avis d’une personne à ce point déconnectée de la réalité ? Nul. Mais ce n’est pas l’avis du « Point » qui nous rend ses simagrées.

L’An prochain à... ?
 
L’apothéose nous vient avec les illustrations du dossier. Les photos de Tel Aviv sont d’une laideur rare. SDF grimaçant, plage prise sous une mauvaise lumière, métalleux affalés à même le sol dans le centre commercial Dizengoff, punk allumé devant une place floue… les douze photographies censées représenter cette merveilleuse ville qu’est Tel Aviv font penser à une banlieue du Tiers-Monde. Rien, absolument rien n’est fait pour présenter un visage séduisant de l’Etat juif.
 
Le plus hallucinant est l’absence totale de photos de Jérusalem ! Si l’on excepte celle de la pacifiste israélienne, où l’arrière-plan de la vieille ville n’est pas visible, il n’y a pas une seule représentation de la capitale. Le Mur des Lamentations ? Les synagogues ? Ce qui a motivé et motive encore les Juifs à revenir chez eux, toute la dimension spirituelle et culturelle d’Israël est niée. A croire « Le Point », les Juifs ont débarqué sur cette terre comme les Français en Guadeloupe. Même l'article consacré aux Juifs orthodoxes est illustré par une photographie d'un père et son fils... à la plage !
 
Cette absence est volontaire, bien entendu. « Le Point » ne souhaite absolument pas fêter le 60e anniversaire d’un pays magnifique, seule divine lumière au cœur d’un monde des ombres. Il veut insulter un peuple qui ose se tenir debout quand la France s'agenouille. Il veut délégitimer l'existence d'Israël au plus fort de la crise iranienne.

Les Juifs de France devraient s’alarmer de l'antisémitisme latent qui ravage leur pays, car il prédit un futur bien sombre, pour eux comme pour le seul Etat juif de la planète.  
 

Commenter cet article