Le comble du Salon du livre : Les israéliens et les juifs antijuifs boycottés par leurs frères arabes.

Publié le par Ofek

 
Dans cette désolation internationale où l'incompétence des chefs d’états est la règle, il faut, une fois n'est pas coutume, féliciter Mr Nicolas Sarkozy. Nous en profitons un peu tard pour lui souhaiter, ainsi qu'à sa tendre et vertueuse épouse Carla, de « vivre heureux longtemps et d'avoir beaucoup d'enfants". Le Président de la République a pris l'heureuse l'initiative de mettre à l'honneur l'Etat d'Israël au Salon du Livre à Paris qui aura lieu du 14 au 19 Mars.
 
Une fois de plus, la réalisation de cette heureuse décision sera vidée de tout sens par le fait de juifs et d’israéliens minoritaires qui tiennent le haut du pavé.
 
Les auteurs israéliens qui y seront présents font un travail de sape, avilissant notre Pays, dans leurs ouvrages : écriture décadente dans laquelle Israël est présentée comme une société brutale, violente, piétinant les droits de l’homme, spoliant les arabes et matraquant les palestiniens - société étroite et oppressante dans laquelle une personne se découvrant homosexuelle est prise sous un carcan de préjugés, aux horizons bouchés, etc.
 
Les premiers auteurs israéliens juifs sollicités pour ce salon ont conditionné leur participation dans la mesure ou des auteurs arabes, citoyens israéliens eux aussi, y seraient présents.
 
D’autre part, dans le monde arabe « modéré », la mise à l’honneur d’Israël pour ce Salon a provoqué une vive hystérie. Si bien que des pays et des organisations arabes appellent au boycott de ce Salon. Entre nous, on s’y attendait. C’est leur « Ada ».
 
Les organisateurs du Salon ont tenté de modérer ces appels de boycott en disant :
 
« Mais vous n’avez rien compris, les israéliens qui seront présents à ce Salon sont en phase avec les thèses arabes.
Ils sont tous favorables à une solution d’état palestinien.
En Israël, ils sont à l’avant-garde du combat contre le fanatisme juif et contre la ségrégation.
 
 
C’est cela donc la délégation israélienne au Salon du Livre !!!
 
Pourtant, une heureuse exception authentiquement juive à ce défilé de déshonneur israélien d’origine israélienne en « l’honneur » des 60 ans de l’Etat d’Israël.
Un jeune auteur, Oleh (immigrant, ndlr) de France, Richard Sitbon qui a rédigé le premier roman sur le désengagement, l’abandon lâche de Gaza en été 2005.
Son livre est titré « Un mur de certitude »
 
Ce n’est pas parce que Richard est un ami proche, mais parce qu’il est le premier qui a eu le courage de parler de ces choses-là dans un style remarquable.
Ce thème est le point culminant de tout un faisceau de crises et de convergence de toutes les abdications du Peuple juif depuis le lendemain de la Guerre des Six Jours en 1967.
 
L’abandon de Gaza est le point critique de toutes les aberrations juives que nous n’avons pas osé regarder en face et affronter.
Des dizaines de brillants essais historiques, journalistiques, politiques, psychologiques, sociologiques, etc… n’auraient pas suffi à en faire l’analyse.
 
Par ce roman Richard est parvenu à toucher le centre névralgique de ce drame de toutes les cassures et de tous les malentendus de la société israélienne et juive.
 
Richard Sitbon, parmi les 40 auteurs israéliens présents à ce Salon du Livre, sera le seul à mettre à l’honneur l’Etat d’Israël et les meilleurs de ses fils, exilés actuellement loin de leurs demeures.
 
Aussi, venez tous rencontrer Richard pour vous faire dédicacer son livre dont les recettes seront consacrées aux réfugiés du Goush Katif. Entourez-le, choyez le, manifestez lui la solidarité et la chaleur juive. Sauvez avec lui l’honneur d’Israël à ce Salon du Livre. Protégez-le des ennemis, détracteurs d’Israël, qui tourneront autour de lui comme des rapaces.
 
Une critique quant même, parce que si on est juif, on ne peut pas sans critiquer.
Richard, dans son optimisme incoercible, nous projette dans le futur, en 2026, après une longue guerre entre Israël et le monde arabe. Le héro Nethanael retourne seulement alors à Goush Katif pour y refonder son village et sa maison, en ruine depuis 2005. Je suis persuadé que cela se déroulera bien avant l’année 2026, et ça très cher Richard, c’est mon« mur de certitude ».
 
J’allais oublier, Richard est en lice parmi les dix premiers auteurs sur un total de deux cent cinquante présents à ce Salon pour en obtenir le Premier Prix. Vous vous rendez compte ?
Le Premier Prix du Salon du Livre 2008 à Paris octroyé à un ouvrage traitant de l’expulsion des juifs de Goush Katif ?
Une raison de plus pour y être présent et contribuer à faire pencher la balance en sa faveur.

Méir Ben-Hayoun
 
"Un mur ce certitude" par Richard Sitbon au Salon du Livre de Paris

Mettre Israël à l’honneur au Salon du Livre de Paris avec Richard Sitbon le Dimanche 16 Mars à partir de 14H45 et le 18 Mars à partir de 11H30.

Commenter cet article