Section : Vayétsé / Résumé

Publié le par Ofek

Jacob quitte Beer Cheva pour s’en aller à ‘Haran .
Le Rabbi montre que le récit du voyage de Jacob à 'Haran est aussi celui de la descente de chaque âme en ce monde.
L'âme également quitte Beer Cheva (littéralement, le Puits des Sept) qui fait référence aux sept Attributs divins, les Sefirot, et se rend à 'Haran, lieu de mensonges et d'illusions, de lutte et de labeur.
Pourtant, c'est à 'Haran, au service de Laban le tricheur, et non pas dans les « tentes de l'étude » que Jacob fonde le peuple d'Israël. Serait-il resté en Terre Sainte, menant la vie d'un pieux érudit qu'il n'en aurait rien été.
Et de même, l'âme ne remplit-elle son rôle qu'en « descendant à 'Haran ».
Investie dans un corps physique qui habite le monde matériel, elle peut accomplir la finalité de la Création : construire ici-bas une demeure pour D.ieu.
Sur la route , il parvient en un lieu où il dort .
Ce lieu, nous enseigne le commentaire de Rachi, c'est celui du Mont du Temple à Jérusalem.
Dans son rêve , il voit une échelle reliant le ciel à la terre , et des anges y vont et viennent .
Cette échelle, enseigne le Zohar, c'est la prière.
Le Hayom Yom ajoute : la prière est l'échelle qui relie l'âme à D.ieu. Bien qu'elle soit « fixée dans la terre », puisque le début de la prière n'est que la reconnaissance de la grandeur divine, « son extrémité parvient jusqu’au ciel » car elle aboutit à une soumission parfaite.
Un tel niveau peut-être obtenu par une profonde méditation pendant la partie de la prière comprise entre Barou'h Chéamar et Ichtaba'h, pendant les bénédictions du Chéma Israël et le Chéma lui-même.
D.ieu lui apparaît et lui fait la promesse que la terre sur laquelle il repose sera donnée à ses descendants.
Au matin , Jacob dresse un monument et nomme l’endroit Bethel, la Maison de D.ieu.
 
A ‘Haran , Jacob demeure chez son oncle Laban pour qui il travaille.
Laban accepte de lui donner pour épouse sa fille cadette Rachel (que Jacob aime) en échange de sept années de travail. Mais au soir du mariage , c'est l'aînée, Léa, qui prend sa place et Jacob ne découvre la tromperie qu'au matin.
Rachel, explique le Talmud, avait mis en garde Jacob contre une tromperie possible de Laban, son père.
Aussi, Jacob lui avait-il remis certains signes qui lui permettraient de la reconnaître. Mais, au soir du mariage, Rachel ne voulut pas voir sa soeur humiliée et lui remit les signes en question.
Il n'épousera Rachel qu'une semaine plus tard après avoir accepté de servir Laban sept années supplémentaires.
 
Alors que Rachel reste stérile, Léa donne naissance à six garçons : Réouven, Shimon, Lévi, Judah, Issa'har, et Zevoulon, et à une fille Dina.
Rachel donne à Jacob sa servante, Billah, comme épouse et deux garçons naissent :
Dan et Naphtali.
Léa agit pareillement avec sa servante, Zilpah, qui donne naissance à Gad et Asher.
Rachel est finalement enceinte et Joseph naît.
 
Jacob a travaillé quatorze ans chez Laban et souhaite s'en retourner chez lui. Mais Laban le persuade de rester, acceptant de lui donner un salaire sous la forme de bétail.
Jacob connaît la prospérité en dépit des stratagèmes de Laban. Il décide de s’enfuir.
Le travail de Jacob semble achevé : toutes les élévations du monde matériel qu'il devait accomplir paraissent bien avoir eu lieu.
Pourquoi, alors, faut-il que Laban les poursuive ?
Le Maguid de Mézeritch dit : « car Jacob avait laissé, derrière lui, des lettres de la Torah qui n'avaient pas encore été arrachées à Laban ». Le Maguid veut dire ici qu'à côté de ce qui relevait du seul effort de Jacob, demeurait, inscrite dans la relation « économique » avec Laban, un potentiel d'élévation qui devait être également exploité.
Pareille oeuvre est si grande qu'elle ne dépend pas seulement d'une démarche volontaire mais aussi de la rencontre d'une situation propice. C'est pour créer cette situation que Laban doit poursuivre Jacob.
Laban le rattrape mais, dans un songe, D.ieu l’a mis en garde de ne rien entreprendre contre Jacob.
Aussi Laban conclut-il un pacte avec son gendre.
Jacob, poursuivant son voyage, rencontre des anges.
Ces anges, indique Rachi, n'étaient pas jusqu'ici avec lui : ils étaient liés à la terre d'Israël.
Jacob vit ce campement d'anges qui se rajoutait à celui qui l'accompagnait déjà.
C'est pourquoi il appela l'endroit Ma'hanaïm : deux campements.

Publié dans Reflexion Juive

Commenter cet article