Les passivistes

Publié le par Ofek

Le blog drzz
 
 
Haro sur les « pacifistes » !
 
Ce mot leur a été bien trop généreusement accordé !
Ils n'agissent pas pour la paix, mais bien contre elle. Et s'ils clament vouloir, en théorie, les Droits de l'Homme pour tous, ils font les fines bouches dans la réalité.
 
Halte à l'hypocrisie !
 
Les pacifistes ne méritent pas de se référer à la paix.
Changeons donc leur appellation. Désormais ils seront plus justement définis comme des « passivistes » : de vieux radeaux gauchistes et pétainistes, dérivant loin de toute morale, engoncés dans leur petite vie égoïste, caressant les mythes fallacieux du « palestinisme », du « socialisme » et du « millénarisme écologique » dont ils se drapent pour donner la leçon aux autres.
 
Champion de la compassion à distance, vouant une haine maladive à l'ordre, la morale, la démocratie, la discipline et la liberté - pourtant les bases de toute civilisation à succès -, ils déboulonnent nos sociétés de leur socle.
 
Austerlitz ? Une bataille menée par des centaines de milliers de soldats français,  blancs pour la plupart, et - tare suprême ! - chrétiens, ce qui les exclut définitivement de toute cérémonie du souvenir.
A moins que vous soyez Maghrébin, homosexuel, transsexuel, polygame ou prêtre pédophile, vous avez peu de chance de figurer dans une production française de l'ère contemporaine. On vous accordera bien un film sur l'Algérie, mais pour dénoncer les tortures de l'armée française - tortures qui équivaudraient, nous dit-on sans rire, les atrocités du FLN.
L'heure est à l'auto flagellation, chers Français !
Que de différences avec le Bush country ! (Lire chez Drzz)
 
Le pire dans tout cela n'est pas le handicap mental des passivistes - en démocratie, les imbéciles ont aussi droit au chapitre - mais les résultats concrets de leur handicap mental.
Voyez-vous, la France ne va pas mal, elle va très mal.
La population française voit l'horizon avec inquiétude et se pose de sérieuses questions sur l'immigration, l'économie, la sécurité...
Mais il lui est impossible de trouver les réponses à ses questions dans les médias. Les passivistes y sont bien implantés, et jugulent les vannes du « politiquement correct » sans résistance. Et c'est là que le bât blesse.
 
A mesure que la France chute, et que nous la regardons chuter sans s'indigner, nous voilà devenus, directement ou indirectement, des passivistes à notre tour.

Commenter cet article