La négation de l’Holocauste est un premier pas vers sa répétition

Publié le par Ofek

Jcdurbant  - LeMonde.fr
 
 
Mort de Rire ! 
 
La connaissance de l’Holocauste est un premier pas dans la prévention, sa négation un premier pas vers sa répétition.
Stephen Smith (responsable britannique du mémorial de l’Holocauste)
 
Au lendemain de la nouvelle conférence de la honte de Téhéran qui réunissait le gotha des négationnistes de la planète (dont la troupe de danse folklorique des Neturei Karta (Satmar, ndlr), ces fameux juifs antisionistes de service qu’on avait déjà vus – surprise ! - autour de notre Dieudonné national !), nous ne voulions pas, comme Iran-Resist, servir à notre tour de (petite) caisse de résonance aux provocations certainement très calculées de l’ancien chef des services secrets iraniens qui squatte actuellement, pour ses chefs mollahs, la présidence du gouvernement iranien.
 
 
Mais c’est aussi une nouvelle occasion de rappeler l’importance, pour nous Occidentaux, des décryptages et décodages d’un site comme Iran-Resist pour tenter de faire sens des apparentes irrationalités des autorités actuelles de l’Iran.
Sans parler de l’indispensable travail de débusquage des « faux opposants » qui posent en Iran même ou ici en Occident pour des « réformistes » et qui, comme le signale bien Iran-Resist, n’ont pas bougé dans le cas précis.
 
« Il y a une volonté délibérée de créer des crises internationales. L’objectif … est de faire peur à la communauté internationale et contraindre cette dernière à accepter un compromis avec ce régime. /…/
L’instabilité de la région permet aux mollahs de se poser en arbitre de la confusion. Cette confusion ne peut exister que si les mollahs ont des agitateurs sur place. Tel est le fondement de leur stratégie, ils restent en retrait et laissent faire des intermédiaires : le Hamas, le Hezbollah et même la Syrie. /…/
L’objectif est d’amplifier la crise et le négationnisme est un moyen rapide et facile pour y parvenir. Le négationnisme coûte beaucoup moins cher que le réarmement du Hezbollah ou le financement des attentats en Irak et son impact est plus grand ».
 
Iran : L’Holocauste des idées chez les mollahs !
Iran-Resist
 
Impressions de la conférence sur l’existence du génocide juif !
 
Robert Faurisson nie l’existence des chambres à gaz.
 
David Duke (KKK) compare les juifs à des sous-hommes.
 
Michel Renouf représente David Irving (en prison) qui nie l’Holocauste.
 
Le rabbin Ahron Cohen estime qu’Israël ne devait être créé que par le Messie… lui, il ne nie pas l’Holocauste mais il prétend n’avoir jamais entendu de propos antisémites dans la bouche d’Ahmadinejad (le rial rend sourd).
 
Ernst Zundel est un néo-nazi allemand.
 
Moshé Ayre Friedman, un rabbin autrichien, est persuadé que c’est Herzl qui a rêvé des 6 millions de juifs morts en Europe.
 
Sans oublier Frederik Toben qui sonde les entrailles de la terre pour épater ses petits copains d’un certain âge…
 
Ils ont été en tout 67 personnages prétendus célèbres et intellectuels à avoir cette ligne de pensée et ils sont ce que l’on peut appeler le gotha du négationnisme.
Tous les négationnistes du monde, (et ils sont finalement moins nombreux qu’on ne le pense) se sont donnés rendez-vous dans notre malheureux Iran occupé par les mollahs.
 
Et si leurs idées et leur petit nombre ne risquent pas fort heureusement de changer l’opinion du monde, le battage médiatique qui est fait autour de cette réunion confidentielle est par contre disproportionné.
 
Nous avons décidé d’en rendre compte sans pour autant faire de la publicité malsaine pour cet évènement instrumentalisé pour passer des messages subliminaux. Mais un décodage de ces multiples messages est nécessaire ;
 
En premier, il y a la présence des juifs anti-sionistes qui régale le régime : il n’y a pas une photo de l’agence gouvernementale MEHR où l’on n’en voit pas un exemplaire en costume. Rappelons que MEHR est l’agence qui photographia les faux étudiants anti-Ahmadinejad.
 
Ahron Cohen et ses 5 amis ont été les invités surprises de la conférence et ses véritables vedettes. Ces juifs anti-sémites sont sans doute plus utiles au régime des mollahs que Faurisson. On les voit par ci par là, embrassant Ahmadinejad, lui serrant la main, riant avec lui, échangeant des regards, bavardant ensemble…
 
Le second message subliminal vient aussi d’un juif.
Mais celui-ci n’a pas été invité tous frais payés en Iran pour nuire à sa communauté.
Celui-ci est iranien et n’a pas le droit de quitter l’Iran et il a des raisons d’avoir peur.
Il s’agit de Moris Motamed, le représentant de la minorité juive d’Iran au pseudo Parlement des mollahs.
Les chrétiens et les juifs ont en principe droit chacun à 1 élu en signe de preuve de démocratie et de tolérance de l’islam même s’ils n’ont en fait aucun droit.
Motamed a publiquement dénoncé la conférence qui est selon lui une manifestation honteuse.
Le message subliminal est que le régime tolère les critiques même d’un juif.
 
Les deux messages se complètent.
Les mollahs veulent prouver que les juifs ne sont pas solidaires.
Nous reconnaissons leur perversité, la même s’est abattue sur notre pays où des milliers d’hommes, femmes et enfants en ont souffert et en souffriront encore.
Comme nous l’avions prévenu, une fois de plus les faux opposants du régime ont joué aux abonnés absents et l’on n’a guère entendu Shirin Ebadi condamner cette conférence, ni d’ailleurs ses acolytes en jupons qui sévissent en Iran, à Paris ou à L.A.
Idem pour leurs collègues hommes, cinéastes, sportifs, écrivains, bloggers : nul n’a même mentionné cette conférence de la honte.
 
Quant à nous sur Iran-Resist nous reprendrons les mots d’un responsable britannique du mémorial de l’Holocauste (Stephen Smith) : la connaissance de l’Holocauste est un premier pas dans la prévention, sa négation un premier pas vers sa répétition.

Publié dans Iran - Syrie

Commenter cet article