Le pire est à venir

Publié le par Ofek

Le blog de Drzz
 
 
 
C'est encore pire que prévu. Non seulement la situation se prête à un nouveau triomphe de Jean-Marie Le Pen, mais en plus les stratèges du Front National créent la surprise en affichant une immigrée sur l'une de leurs affiches de campagne.
Naturellement, nos chers médias ont minimisé la portée d'un tel geste, sans réaliser - ou sans vouloir réaliser - que ce genre de manipulation touche les gens, et devient très dangereuse. Surtout que ce n'est pas la première fois :
 
 
 
La perspective d'un Sarkozy éjecté au premier tour devient de plus en plus alarmante.
Si je veux bien croire à la rationalité de la majeure partie des Français, la tendance actuelle laisse présager le pire : des sondages exceptionnellement haut pour le FN, l'image de Sarkozy qui se dégrade sur des sujets sensibles comme l'immigration et la criminalité, la droite qui peine à se rassembler, Chirac prêt à torpiller son rival...
 
Ce genre d'affiches fait mouche. Il faut être réaliste. Ceux qui nient la portée du message ne comprennent pas l'ampleur du désastre.
Le FN s'affiche désormais comme un parti public, prêt à brasser une large couche de population, « quelle que soit l'origine, la religion ou l'orientation politique » à en croire Marine Le Pen.
 
En plus de la fausse théorie du « vote sanction », cette apparition inattendue d'une étrangère sur une affiche d'un parti d'extrême-droite va conforter dans leur choix ceux qui, déprimés par le chômage ou excédés par la politique classique, ont décidé de se déshonorer en votant Le Pen en 2007.
 
 
 
La jeune femme le montre bien. Il y a une partie du pays, moins uniforme qu'on le croit, qui est prête à trancher, le pouce vers le bas : la mort de la France.
Ps : Un Français sur quatre d'accord avec Le Pen
 
Selon l'enquête annuelle sur l'image du FN réalisée par TNS Sofres pour le Monde et RTL, réalisée les 6 et 7 décembre auprès d'un échantillon national représentatif de 1 000 personnes interrogées en face-à-face à leur domicile, constitué selon la méthode des quotas. La notice détaillée est disponible à la commission des sondages.
 
Les Français sont 26 % à se dire « plutôt » ou « tout à fait » d'accord avec les idées défendues par Jean-Marie Le Pen, une hausse de 2 points par rapport à décembre 2005.
Ce niveau est supérieur à celui obtenu en général par le leader du FN dans cette même enquête depuis la fin des années 80, même si des pics ponctuels ont été observés, comme en mai 2002 ou 28 % des Français s'étaient déclarés « plutôt » ou « tout à fait d'accord » avec le président du FN.
Le nombre de personnes se déclarant à l'inverse « plutôt » ou « tout à fait » en désaccord avec J.M Le Pen est en baisse à 70 % (73 % en 2005), un seuil qui n'avait jamais été aussi bas depuis le milieu de la décennie 90.
D'une manière générale, 28 % de Français estiment aujourd'hui que le patron du FN est « plutôt le représentant d'une droite patriote et attachée aux valeurs traditionnelles », contre 65% qui estiment qu'il est le représentant d'une « extrême droite nationaliste et xénophobe ».
 
Des idées « excessives » plutôt qu' « inacceptables »
 
Selon le baromètre, il n'y a plus que 34 % de Français à juger que les idées de J.M Le Pen sont « inacceptables », contre encore 39 % en décembre 2005, 42 % en novembre 2003, 48 % en mars 1997.
Les Français préfèrent plutôt aujourd'hui qualifier « d'excessives » les idées de J.M.
Le Pen (le terme est choisi par 47 % d'entre eux), tandis que le qualificatif « justes » est choisi par 15 % d'entre eux, en hausse de 1 point par rapport à 2005.
 
De même, le nombre de personnes qui estime que le FN de Jean-Marie Le Pen est un « danger pour la démocratie » baisse à 65 %, un niveau qui était celui de la fin des années 80 et du début des années 90, alors que depuis, le niveau était plutôt de 70 %, voire 75 %.
Parmi les thématiques abordées par M. Le Pen, la « défense des valeurs traditionnelles » est celui qui est le plus approuvé par les Français, avec 39 % d'approbation, contre 53 % de désapprobation.
Ensuite, 33 % des Français approuvent ses prises de position en matière de situation dans les banlieues (55 % contre), 32 % ses positions sur la sécurité et la justice, 29 % ses critiques contre la classe politique (en forte hausse par rapport aux 22 % de 2005), et 24 % ses positions sur les immigrés (stable).
L'immigration, cheval de bataille traditionnel du FN, reste un sujet de préoccupation important pour les Français, 59 % se disant d'accord avec l'affirmation « il y a trop d'immigrés en France », soit le niveau observé depuis le début de la décennie 2000.
Les Français sont toutefois beaucoup moins en phase avec le FN sur le thème de la préférence nationale : 77 % estiment qu'il n'y pas de raison de faire de différence entre un citoyen français et un immigré en situation régulière pour les prestations sociales.

Commenter cet article

drzz 19/12/2006 14:50

Bonjour,
Merci d'avoir repris l'un de mes articles. Mais pourriez-vous citer le lien vers la source, à savoir mon blog ?
http://drzz.over-blog.org
Merci