Les Tirs de roquettes sur la ville de Sdérot continuent

Publié le par Ofek

Pascal Nior  - Resiliencetv.fr
 
 
5 roquettes sont tombées sur la ville de Sdérot le 12 décembre et une autre le 14 décembre. Et ce en violation totale du cessez-le-feu signé le 26 novembre 2006.
 
 
Enfants de Sdérot se protégeant durant une attaque de roquettes Qassam
Photo : Channel 10
 
Le Premier ministre, Ehud Olmert a souligné lors de sa visite en Allemagne, qu’Israël ne pourra pas continuer longtemps à faire preuve de retenue, face à de telles violations.
 
Le Hezbollah au Liban est accusé de se réarmer
 
En dépit d’un embargo sur les armes décrété par la résolution 1701 du Conseil de sécurité le 11 août 2006, le Hezbollah libanais continue de se réarmer de manière constante et massive.
Les services de renseignements français, américains et israéliens confirment cette information. Selon des informations obtenues par Le Monde, six lance-roquettes ont été saisis le 20 août, 1 000 kg d’explosif le 25 août, un véhicule de transport de troupes blindé M113, un camion militaire et un canon de 155 mm, 4 têtes de roquettes et 4 roquettes Katioucha etc.
Le document indique par ailleurs que des experts de l’ONU ont constaté des « déficiences significatives » dans le dispositif de surveillance des frontières mis en place par le gouvernement libanais et notamment le déploiement de 8 000 soldats le long de la frontière avec la Syrie…
 
Enquête sur l’attitude du Hezbollah au Liban
 
L'armée israélienne a rendu publique une série de documents qui prouve qu'elle n'avait pas d’autres choix que de cibler certaines zones civiles au sud-Liban puisque des combattants du Hezbollah s'en servaient pour lancer ses missiles contre elle.
Ces documents servent de base à un rapport commandé au colonel à la retraite Reuven Erlich, qui a été remis au quotidien The New York Times par le Congrès juif américain.
Ces documents sont publiés par le Centre d’Information sur le terrorisme où R. Erlich, est chercheur. Reuven Erlich estime que tout au long du conflit l’armée israélienne s’est demandée comment combattre un ennemi qui se terre derrière des civils.
 
Le rapport démontre clairement la construction d’une nouvelle infrastructure, qui a permis au Hezbollah de cacher des armes au sein de la population civile, en se servant de mosquées comme caches d'armes, d’écoles vides pour monter des embuscades et en plaçant des plateformes de lancement de missiles à proximité de résidences ou de postes de l’ONU.
Pour transporter des missiles et des roquettes Qassam, le Hezbollah s’est même servi de drapeaux blancs, ce qui est contraire aux lois internationales.
 
Haniyeh à Damas et à Téhéran – un nouvel axe du terrorisme
 
 
Durant sa visite à Damas et à Téhéran le Premier ministre palestinien, Ismaël Haniyeh a déclaré que le Hamas ne reconnaîtrait jamais l’Etat d’Israël et que le Jihad contre Israël continuerait jusqu’au moment ou il sera détruit.
 
Il a rendu hommage au courage de Fatimah Omar al-Najar, une palestinienne âgée de 68 ans, qui a commis un attentat-suicide.
 
 
Il a notamment précisé, lors d’un discours prononcé à l’université de Téhéran devant des milliers de fidèles : « Nous ne reconnaîtrons jamais le gouvernement usurpateur sioniste et nous continuerons notre jihad jusqu’à la libération de Jérusalem ».
 
Selon le journal israélien Yediot Aharonot, les relations entre l’Iran et le Hamas à Gaza inquiètent les services de sécurité.
Ce nouvel axe entre Téhéran, le Hezbollah et le Hamas démontre clairement que le Hamas adopte l’attitude de l’Iran face à Israël - refus de reconnaissance de l’existence de l’Etat hébreu et persévérance dans la voie du terrorisme comme seul moyen d’anéantir Israël.
Le Hamas a de surcroît réussi à obtenir d’importantes subventions de l’Iran pour la reconstruction de Gaza.
 
Conférence internationale des négationnistes à Téhéran
 
Le gouvernement israélien a fermement condamné l’initiative du gouvernement iranien d’organiser une conférence des négationnistes de l’Holocauste.
L’Holocauste a été ridiculisé par l’Iran dans le cadre d’un concours de caricatures sur le sujet au mois de Novembre dernier.
La ministre des Affaires étrangères, Tsipi Livni, a précisé que « la mémoire de l’Holocauste est essentielle pour toute la communauté internationale et pas seulement pour Israël et le monde juif. En niant l’Holocauste, le président de l’Iran pense pouvoir créer une légitimation à ses intentions de détruire l’Etat d’Israël. La communauté internationale doit s’unir pour protester et accorder un sens aux mots "plus jamais ça"… ».
 

Publié dans Israël

Commenter cet article