La boule dans l’estomac...

Publié le par Ofek

Chaban  - Resiliencetv.fr
 
 
Je méditais récemment sur l’un des arguments favoris des socialos communistes défenseurs de l’Islam quant aux soi-disant persécutions dont les Musulmans seraient victimes dans les pays occidentaux, notamment la France.
Je dois dire que ces chantres du politiquement correct et de la pensée unique sont, à bien des égards, pleins de ressources, n’hésitant pas à s’aventurer dans les méandres de la démagogie la plus populiste pour, encore et toujours, défendre l’indéfendable.
Voyez-vous, quand nous leur faisons remarquer que les précédentes vagues d’immigrés (Italiens, Portugais, Polonais, etc.) en France ne posaient pas de problèmes d’intégration, ils s’interposent d’emblée avec leur phrase favorite : « Oui mais… c’était pas la même chose… ». Analysons alors un peu leur raisonnement.
 
Nous pourrions après tout leur accorder le bénéfice du doute.
Les grandes lignes de leur argument sont les suivantes :
 
- les Italiens, les Portugais ou les Polonais arrivaient en France en provenance d’autres pays européens, ce qui facilitait leur intégration ;
 
- ces immigrés étaient originaires de pays de tradition chrétienne, ce qui facilitait également leur intégration, puisque il n’y avait pas vraiment de barrière religieuse à surmonter et, qu’après tout, tous les pays d’Europe occidentale avaient un certain passé en commun ;
 
- il s’agissait de peuples très proches des Français physiquement. En fait il s’agit là de l’un des thèmes favoris des défenseurs de la « religion de pays et d’amour » et qui s’articule autour de la notion de racisme. En effet, selon ces « bien-pensants », les maghrébins de France seraient victimes de discriminations du fait de leur apparence physique.
 
Il faut bien avouer que, jusque là, leur argument semble pertinent, et que nous serions à même de reconnaître qu’il y a du vrai dans ce qu’ils avancent.
Mais cela serait faire abstraction de l’un de ces groupes que nous appelons « minorités » : je veux bien entendu parler des Français d’origine asiatique.
Toutes celles et ceux qui ont vécu ou vivent à Paris, ou alors tout simplement toutes les personnes qui ont eu l’occasion de visiter cette ville, ont pu se rendre compte que la communauté française d’origine asiatique y était assez importante.
Cependant nous n’entendons jamais parler de ce groupe. Ils ne sont jamais, et je dis bien jamais, représentés lors d’émissions politiques à la télévision.
À l’inverse, les représentants de la communauté musulmane y pullulent pour constamment y critiquer la France, le pays qui leur permet d’être ce qu’ils sont.
 
[Entre parenthèse (il s’agit là d’un tout autre sujet), j’avoue avoir été déçu par les propos de Zinédine Zidane lors de son « voyage d’état » en Algérie, celui-ci ayant affirmé qu’il était fier d’être algérien. À ma connaissance Michel Platini, dont le père est italien, n’a jamais affirmé être fier d’être italien, et Raymond Kopa (la première star internationale du football français, joueur du Real Madrid, et premier ballon d’or pour la France) dont les parents étaient polonais, n’a jamais affirmé être fier d’être polonais. Pourtant ces deux joueurs extraordinaires sont loin d’avoir reçu le traitement dont le multimillionnaire Zidane a bénéficié en France. Raymond Kopa avait par exemple commencé sa vie professionnelle en travaillant dans les mines dans le nord de la France.]
 
C’est assez surprenant. Ces gens asiatiques ne seraient pas victimes de discriminations, de racisme ou de xénophobie ? Pourtant eux aussi tombent dans la catégorie des non européens.
 
1) Ils viennent d’un continent beaucoup plus éloigné de la France que ne l’est le Maghreb,
 
2) Ils ne sont pas issus de civilisations fondées sur le christianisme,
 
3) Ils sont physiquement différents des populations européennes.
 
Maintenant il faut bien reconnaître qu’il y a une différence entre la manière dont on perçoit les Maghrébins et celle dont on perçoit les Asiatiques.
En effet, si vous vous retrouvez seul quelque part dans une ville française pour, par exemple, faire des achats et que vous croisez un groupe de 3 ou 4 personnes d’apparence asiatique, rien ne se passe psychologiquement. Vous les apercevez, vous leur dite éventuellement bonjour ou alors vous leur faites un signe de la tête et vous continuez votre chemin, à la recherche de ce pourquoi vous vous trouvez à cet endroit.
 
Par contre, s’il vous arrive de croiser un groupe de 3 ou 4 Maghrébins, seul dans une rue d’un centre-ville français, alors là les données changent.
Il se passe quelque chose psychologiquement : vous n’êtes pas rassuré ; vous n’osez pas les regarder dans les yeux, de peur de vous faire insulter, voire attaquer ; vous accélérez le pas pour vous sortir de cette situation intimidante au plus vite.
Bien entendu les démagos vous diront que j’exagère, que je caricature ou que je fais des généralités. Il n’en est rien.
Je sais par expérience qu’il s’agit d’une réalité que chaque membre de ma famille a vécu (et que certains continuent à vivre), et que tous mes amis ont vécu. C’est tout simplement instinctif : ce genre de situation provoque une certaine appréhension, un petit quelque chose dans l’estomac, que nous le voulions ou non.
 
Alors pourquoi cette différence ? Les Musulmans de France évoquent souvent le sort de la Palestine et des Palestiniens pour justifier leur comportement, puisque, selon eux, les Israéliens seraient responsables de tous les maux au Moyen-Orient.
Toute personne capable d’ouvrir un livre d’Histoire objectif se rendra bien compte qu’il n’en est rien et qu’Israël ne fait que répondre aux attaques incessantes de ses chers voisins musulmans.
Mais quand bien même, admettons, encore une fois, qu’ils aient raison, et que la violence des Musulmans de par le monde soit le fruit des soi-disant persécutions juives.
Pour ce faire je vous propose que nous nous penchions sur le sort réservé au Tibet par la Chine communiste depuis une cinquantaine d’années :
 
- La Commission internationale des juristes a qualifié dans un rapport de 1959 les massacres perpétrés au Tibet par les autorités chinoises de génocide ; le bilan de l'invasion chinoise est estimé à 1,2 million de victimes depuis 1949.
 
- Par ailleurs, outre la torture dans les prisons et le fait que celle-ci n'épargnerait pas les mineurs, les ONG font également état de méthodes particulières appliquées aux femmes tibétaines.
Alors que les autres minorités ne font pas partie de la politique de contrôle des naissances en Chine, les femmes tibétaines y sont incluses et seraient stérilisées et obligées à avorter au delà du premier enfant, d'après la commission des droits de l'Homme, rapport de 1999.
 
Vous reconnaîtrez que le sort qui leur est réservé est horrible.
Et pour autant, le monde a-t-il jamais entendu parler du moindre attentat suicide perpétré par un Tibétain ? JAMAIS !
Avons-nous jamais entendu parler d’un attentat suicide commis par un Bouddhiste, un Hindou, un Témoin de Jéhovah, un Mormon, etc. ?
 
Alors il faut arrêter avec cette représentation de l’Islam comme étant une religion de paix et d’amour…
En fait, il suffit simplement d’ouvrir le Coran pour comprendre.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article