Ahmadinejad remet son sombrero

Publié le par Ofek

Hélène Keller-Lind  - Résilience tv – DesInfos
 
 
Petite tournée du Président de la République Islamique d’Iran dans l’Amérique Latine gauchisante, violemment anti-américaine et antisémite, tout cela allant de pair.
Avec accords économiques et amitiés douteuses à la clef.
Sur fond d’infos ou d’intox variées mais avec un Président G.W. Bush qui se fâche vraiment et fait arrêter des fauteurs d’attentats iraniens en Irak.
 
Un Ahmadinejad et un Chavez qui veulent propager « la pensée révolutionnaire dans le monde, » disent-ils en choeur. Comprendre islamiste ou soviétique. Ou encore profondément anti-américaine et antisémite.
Ce qu’ils font de concert avec leurs homologues au Nicaragua - où vient de réapparaître Daniel Ortega -, en Equador - Rafaël Correra, économiste de gauche et antilibéral, vient d’être porté au pouvoir -, en Bolivie - sous la férule d’Evo Morales-.
 
Alliance islamo-gauchisante qui n’a rien de nouveau, d’ailleurs. Mais se fait ici au vu et au su de tout le monde. Avec tambours et trompettes comme lors de cette visite d’Ortega et Ahmadinejad dans des bidonvilles de Managua.
Et devinez, à qui la faute si ces pauvres gens vivent dans des taudis ?
La réponse est évidente. « Nous avons des buts communs, des ennemis communs, » déclare le Président islamique lors de cette visite.
Et, autre fait significatif, les caricatures ou déclarations antisémites dans des journaux d’Amérique Latine sont en totale harmonie avec ce que l’on voit dans des médias iraniens.
De plus Hugo Chavez a fait porter toutes les misères du monde dans un discours prononcé à la veille de Noël aux « minorités qui descendent de ceux qui ont crucifié le Christ, et se sont emparés de toutes les richesses du monde... »
Antisémitisme on ne peut plus classique.
 
Donc alliance de convenance.
D’autant que le gouvernement des Etats-Unis en a assez des sanctions aussi molles qu’inefficaces décidées par les Nations Unies contre cet Iran qui se nucléarise de plus en plus au quotidien.
 
Tandis que la coopération entre Chine - que le magazine TIME voit à l’aube d’une nouvelle dynastie - et Iran se développe allégrement, que les Chinois vont aider l’Iran à construire des raffineries qui manquent à ce pays producteur de pétrole mais sous équipé dans ce domaine.
Ce qui le rendrait vulnérable face à un embargo sur les hydrocarbures transformés. Embargo que demande, entre autres propositions destinées à confronter le danger iranien, l’Appel aux Dirigeants Européens lancé il y a quelques mois et officialisé à Paris en décembre 2006 en présence d’Elie Wiesel et d’une trentaine d’intellectuels et spécialistes de l’Iran. […]
 
Ce ras-le-bol américain, s’est manifesté il y a quelques jours avec l’arrestation d’Iraniens, dont des « diplomates » en Irak.
Ils appartiendraient aux Gardiens de la Révolution iranienne, unité islamiste pure et dure, et seraient à l’origine de nombreux attentats perpétrés en Irak et qui ont tué et blessé des milliers de civils ces derniers mois. Dans une lutte fratricide sans merci entre Chiites et Sunnites, deux branches opposées de l’Islam.
 
Par ailleurs, le Secrétaire d’Etat américain, Condoleeza Rice est de retour au Proche-Orient pour tenter de ranimer la Feuille de Route et d’organiser un sommet tri-partite avec elle-même, Ehoud Olmert et Mahmoud Abbas, tandis que musulmans du Fatah et du Hamas continuent à s’entretuer.
Ce qui a provoqué l’ire des Frères Musulmans égyptiens qui estiment qu’il ne faut pas gaspiller ainsi les munitions mais les réserver aux seuls « Sionistes ».
 
Un Abbas chouchouté par Israël et les Etats-Unis. L’un ayant autorisé l’entrée de milliers d’armes destinées en principe aux forces du Fatah à Gaza, l’autre ayant demandé au Congrès d’autoriser le versement de 86 millions de dollars au Président palestinien. Pour tenter d’épauler un Fatah vu comme « modéré » et donc vecteur de paix.
Et qui pourrait aller dans ce sens pour sauver sa peau face au Hamas - soutenu, entre autres, par Téhéran - tandis que le Premier ministre qui appartient au Hamas a finalement été autorisé par l’Egypte à entrer à Gaza avec des millions de dollars en poche lors d’une récente tournée récolte de fonds...
Personne ne l’en a empêché cette fois-ci, comme cela avait été fait il y a quelques semaines.
 
Autre but de ce voyage du Secrétaire d’Etat américain : rencontrer les dirigeants de pays arabes amis - de circonstance aussi - des Etats-Unis et considérés comme « modérés ».
De fait ils redoutent une hégémonie iranienne se profilant dans la région.
 
Condoleeza Rice s’est rendue ou va se rendre en Egypte, Jordanie, Koweit, Arabie Saoudite. Avant de s’arrêter à Londres ou Berlin.
Elle y parlera de la paix entre Israël et les Palestiniens, certes, mais aussi de problèmes importants pour la région. […]
 
Déplacements variés, avec, en toile de fond, une série d’informations vraies ou fausses sur cette même question iranienne.
Notamment celle qu’a publié le Sunday Times britannique qui dit savoir qu’une attaque israélienne contre trois sites nucléaires iraniens est en cours de préparation.Avec luxe de détails.
 
Des bombes traditionnelles seraient utilisées dans un premier temps dans des frappes très ciblées sur Natanz, où des centrifuges pourraient produire de l’uranium enrichi permettant de fabriquer des bombes nucléaires d’ici deux ans, une usine à Ispahan où seraient stockés des tonnes de gaz permettant d’enrichir l’uranium et enfin Arak où des installations utilisant de l’eau lourde seraient utilisées dans la fabrication de plutonium.
Premières bombes suivies de mini bombes nucléaires qui exploseraient dans les installations cachées dans des sous-sols destinés à les protéger. Manoeuvre qui minimiserait ainsi les risques de retombées nucléaires aux alentours.
 
Projet démenti par le ministère des Affaires étrangères israélien. Qui précise, entre autres, qu’il ne s’adresserait en aucun cas au Sunday Times pour ce genre de confidence - l’hebdomadaire avait publié il y a quelques années les déclarations d’un Israélien qui affirmait révéler les secrets nucléaires israéliens -. Mais serait-ce pourtant là un ballon d’essai ? Ou un avertissement ?
 
Dans la foulée de ces « révélations » démenties, voici que l’Iran annonce avoir des difficultés à...Natanz, clamant que 10 centrifuges auraient explosé.
Les 5 000 centrifuges devant être installées avant la fin 2006 ne l’auraient donc pas été et le programme militaire nucléaire iranien serait donc retardé... Qui sait... mais le gouvernement iranien en place étant coutumier du mensonge, peut-on ajouter foi à ces « informations » officielles si étonnantes pour un pays qui se glorifie sans cesse de son savoir-faire scientifique ?

Publié dans Iran - Syrie

Commenter cet article