Ségolène Royal apôtre d'une nation de victimes

Publié le par Ofek

 
 
La candidate socialiste ne peut guère faire mieux que de demander aux Français de s'en remettre à son instinct
 
Il y a six mois encore, devant les scores à la Jeanne d'Arc que Ségolène Royal recueillait dans les sondages, beaucoup ont commencé à se demander s'il fallait croire à sa mission de sauvetage de la France. Aujourd'hui, après avoir proposé à un électorat perplexe un avenir de changements indolores mais peu cohérents, l'ascension en flèche de Royal est retombée et son positionnement sur le marché des promesses a viré du transcendantal au prosaïque.
 
Oubliés les sommets où elle planait l'année dernière : quand il s'agit de politique, Ségolène n'est plus une déesse guidée par le destin. Une semaine avant le premier tour, tout indique qu'elle ne sera probablement pas le prochain président de la République.
 
Prise dans la lumière cruelle qui sépare les dangers - et l'authentique séduction - de sa spontanéité et de sa quasi absence de doute sur soi d'une part, les exigences de consistance et de cohérence qu'on attend d'un président potentiel d'autre part, Royal est de toute évidence devenue une candidate moins efficace. Et cela en dépit de son indépendance, de son évaluation correcte du souhait exprimé par les Français d'être entendus, de sa capacité à montrer de la compassion, de sa vision juste de l'ordre et de la sécurité dont a besoin le pays et de l'extrême méfiance des électeurs à l'égard de l'élite qui se cramponne au pouvoir.
 
Son problème, c'est la politique. Ségolène Royal n'y est pas vraiment à l'aise. Même si l'on doit reconnaître que l'instinct qui la pousse à éluder les exigences de la politique s'est trouvé validé par sa désignation par le Parti socialiste alors qu'elle avait soigneusement évité de fournir substance et détails. Une fois sa candidature acquise, Royal s'est efforcée de maintenir le plus longtemps possible sa méthode de départ - laquelle consiste à ignorer l'exigence politique fondamentale qui veut que l'on fournisse des explications détaillées et que l'on forge des alliances - comme modus operandi d'une campagne électorale s'étalant sur plusieurs mois. Dans le même temps, au lieu de capitaliser sur son état de grâce de 2006, elle a dilapidé son avantage initial. A la différence d'autres candidats charismatiques mais non experts - Ronald Reagan, par exemple - elle a montré qu'elle n'a pas le don de rendre compréhensibles les questions difficiles. Lorsqu'elle se trouve acculée ou clairement prise en défaut, son réflexe n'est pas de solliciter, comme il serait légitime, l'avis des experts, mais de s'en remettre à ses instincts ou à ses émotions.
 
En fait, Ségolène Royal a cherché à établir une nouvelle méthode, très personnelle, de captage des voix. Exemple : interrogée sur ses idées budgétaires, elle répond qu'il s'agit de questions techniques à confier à un quelconque ministère. Incapable d'expliciter sa proposition de contrat pour le premier emploi, elle se plaint d'être harcelée par des bureaucrates tatillons. Les contradictions liées à son projet de financer l'éducation en renonçant à la construction d'un nouveau porte-avions, ou son refus insistant de permettre à l'Iran d'accéder au nucléaire civil ont généré une confusion qui n'a jamais été clairement démêlée. Après avoir effectué l'année dernière au Moyen-Orient une tournée marquée par l'amateurisme, elle s'est à peine risquée sur le terrain de la politique étrangère.
 
Aujourd'hui il est toujours aussi ardu de résumer le projet de Ségolène Royal pour la France en 100 mots au dos d'une carte de visite. Ses 100 propositions équivalent à une sorte de pointillisme qui n'aurait pas trouvé une main unifiante et conceptualisante. Parallèlement à ce fourre-tout difficilement lisible, son incapacité à redéfinir une image concise et vendable de sa personnalité constitue un aspect curieux et inattendu de sa campagne. Quand on émet des doutes sur sa compétence - problème qui ne s'est jamais posé pour Merkel, Thatcher ou Hillary Clinton -, Royal écarte la question d'un haussement d'épaules en prétendant qu'elle est la cible d'un monde hostile et macho.
 
Et puis elle hésite. Ce n'est pas vraiment à des centres de rééducation encadrés militairement qu'elle pensait pour placer les voyous des banlieues, mais à quelque chose de plus social. Un jour, dans un entretien écrit, elle fait une allusion aux aspects " brutaux " de son enfance ; le lendemain, à la télévision, elle refuse tout net d'évoquer le sujet. Dans ses tentatives pour présenter une personnalité compréhensible, la façon dont Ségolène Royal se dépeint à présent se résume souvent à une attitude de victimisation doublée d'une exaltation déplacée.
 
Lorsqu'on lui demande de détailler ses propositions de manière plus précise et qu'elle se sent débordée, elle se plaint d'être bousculée par des bureaucrates et évacue tout doute raisonnable en prétendant qu'elle est la seule à bénéficier d'un accès divin au sentier lumineux de l'avenir : " Je vais apporter la preuve obstinée, permanente, acharnée, que c'est moi qui incarne et réaliserai le changement du fait de ma volonté de bouger en profondeur les choses et du regard neuf que je porte sur le fonctionnement de la société. "
 
Mais lorsque le débat politique se fait plus rude - même s'il n'est pas aussi brutal que cela au regard des standards internationaux - elle se sent aussitôt insultée. La personnalité originale et anti-establishment qui, en 2006, avait suscité autour d'elle un intérêt dépassant largement les limites de la gauche, s'est aujourd'hui largement diluée. La seule nouveauté qu'elle offre désormais est de se présenter délibérément comme le symbole victimisé d'une nation de victimes, d'une société de doléance dans laquelle les honnêtes gens se sentent floués et ont l'impression qu'on leur en demande trop : trop de travail, trop de patience, trop de détermination.
 
Si Ségolène Royal incarne une perspective de changement profond, c'est celle du glissement de la vision qu'a la France d'elle-même vers un statut de victime, un dénominateur commun inconnu jusqu'alors dans une histoire plus marquée par la réussite universelle que par une humiliation individuelle généralisée. Au fond, la candidature de Royal véhicule - et légitime - une notion de déclin national qui va bien au-delà des vraies difficultés françaises et minimise la réelle capacité du pays à remonter la pente.
 
Au final, incapable de proposer un avant-goût significatif de ce que serait la vie durant ses cinq années de présidence, Royal ne peut guère faire plus que demander aux Français de s'en remettre à ses instincts. Mais maintenant que sa mystique a perdu son éclat, cela ne peut qu'entrer en contradiction avec les vastes questions qui restent ouvertes sur sa compétence, sa crédibilité et sa capacité à diriger.
 
 
John Vinocur est un éditorialiste américain
New York Times Syndicate repris dans Le Monde du 17 avril 2007
 
(Traduit de l'anglais par Gilles Berton)

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article