Palestinniens - La montée aux extrêmes du Hamas

Publié le par Ofek

Iris Canderson - Source

 

 

On dirait que la direction intérieure du Hamas a désormais le feu vert pour attaquer Israël comme l'a fait le Hezbollah au mois d'août avec l'appui direct de l'Iran puisqu'il n'arrête pas d'envoyer des roquettes de plus en plus sophistiquées comme l'analyse le gouvernement israélien via l'ambassade de France : " L'armée israélienne s'est retirée mardi dernier de Beit Hanoun, mais les tirs de roquettes sur les villes israéliennes n'ont pas cessé.

 

 

 Mercredi 8 novembre au matin, 7 roquettes Qasssam ont atteint la ville d'Ashkelon.

 

 

 L’une d’elles est tombées près d’une école et deux autres près d’une zone industrielle.

 

 

 La veille au soir, 3 roquettes tombaient sur Sdérot et un kibboutz proche dans le Néguev.

 

 

 Cette nouvelle génération de roquettes Qassam peut atteindre des cibles situées à 21 km de la zone de lancement, mettant un nombre considérable d?Israéliens en danger.

Le Hamas est parvenu à surmonter un obstacle technique qui l’empêchait de stocker les roquettes Qassam et le forçait à les lancer peu après leur fabrication.

 

 

 

 

 

Désormais, les explosifs peuvent se conserver et le Hamas est en train de constituer des stocks considérables de milliers de roquettes, les explosifs passant en contrebande à grande échelle via le sud de la bande de Gaza.

 

 

 

 

 

Ceci constitue un tournant stratégique, le Hamas pouvant décider de déclencher une attaque massive de Qassam contre Israël, à la façon dont le Hezbollah a agi cet été.

Il est important de noter que l?opération « Nuages d’Automne » qui a eu lieu du 1er au 7 novembre derniers à Beit Hanoun ne visait pas à éradiquer complètement le problème des Qassam, mais faisait partie d?un processus plus long de dissuasion vis-à-vis du Hamas.

 

 

 

 

 

Tsahal a, lors de cette opération, neutralisé 9 cellules de lancement et de fabrication de roquettes, arrêté des dizaines de Palestiniens suspectés pour leur implication dans le terrorisme, et a confisqué une grande quantité d'armes et d'explosifs.

Depuis qu'Israël s'est retiré de la bande de Gaza en Août 2005, plus de 1 100 roquettes Qassam sont tombées en Israël.

 

 

 

 

 

En 2006, plus de 800 roquettes ont atteint Israël et blessé à ce jour 202 Israéliens. Les tirs de roquettes sont quasi quotidiens.
Depuis Août 2005, date du désengagement, et jusqu'à Octobre 2006, 1 082 roquettes ont touché Israël, principalement la ville de Sdérot.

 

 

 

 

 

Ce chiffre correspond au nombre d'impacts identifiés et non de roquettes tirées, évaluées à 20 à 30 fois plus.

Mercredi 8 novembre, l'armée israélienne a riposté en tirant plusieurs obus en direction des zones de tirs des roquettes Qassam.

 

 

Au moins 19 Palestiniens, en majorité des femmes et des enfants, ont été tués par ces bombardements israéliens et plusieurs dizaines ont été blessés.

La ministre des Affaires étrangères, Tsipi Livni a déclaré le 8 novembre, au début de sa rencontre avec son homologue norvégien, Jonas Gahr Stoere :

 

 

 

 

 

« Israël s'est retiré de Gaza pour laisser aux Palestiniens l'opportunité de contrôler le terrorisme et de mener une vie quotidienne normale. Malheureusement, cela ne s?est pas produit et Israël subit des attaques constantes des organisations terroristes palestiniennes, notamment sous la forme de tirs délibérés de roquettes Qassam sur la population civile en Israël.

 

 

Israël n'a aucune intention de nuire aux personnes innocentes, seulement de défendre ses citoyens.

 

 

Malheureusement, au cours de la bataille, un incident regrettable a eu lieu ».

 

 

La ministre s'est dite désolée de cette tragédie.

Le Premier ministre Ehud Olmert et le ministre de la Défense Amir Peretz ont exprimé leurs regrets pour la mort des civils palestiniens à Beit Hanoun.

 

 

Ils ont offert à L'Autorité Palestinienne de l'aide humanitaire d'urgence et des soins médicaux immédiats pour les blessés.

Le ministre israélien de la Défense a d'autre part réclamé une enquête urgente sur les tirs de ce mercredi 8 novembre et a ordonné l'arrêt des bombardements dans la bande de Gaza jusqu'au résultat de cette investigation.

L'armée a également exprimé ses regrets concernant les civils palestiniens et a précisé que Tsahal a tiré sur des sites de lancement de roquettes Qassam qui ont visé Ashkelon.

 

 

 

 

 

Le fait que des civils ont été victimes ne doit pas occulter d'une part que Tsahal ne les a pas visés, et d'autre part que la responsabilité de cette tragédie incombe largement aux organisations terroristes qui utilisent sa propre population civile comme bouclier humain pour viser explicitement la population civile israélienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article